Le canton de Yaocopé dans l’Amou s’engage dans la lutte contre le Covid-19/ Des mesures barrières respectées et appliquées à la lettre par les populations

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

 

Le coronavirus détecté pour la première fois au Togo le 6 mars 2020, continue par faire rage même jusque dans les hameaux les plus reculés. Il n’est donc pas superflu de se demander si les habitants des zones rurales sont-elles bien informées sur covid-19 ? Respectent-elles réellement les mesures barrières édictées par le gouvernement ? Pour en savoir, l’équipe de la télévision togolaise a fait un tour à Yaocopé  un canton de la préfecture de l’Amou  situé à quelques kilomètres d’Atakpamé et a fait un reportage sur le comportement des populations de ce village face à la propagation de ce virus. Le journal Libération qui a trouvé un intérêt à ce sujet le reprend pour ses lecteurs.

A Yaocopé un canton situé dans la préfecture de l’Amou, il suffit de s’y rendre pour  constater de visu toutes les mesures  prises pour se prémunir du coronavirus. D’abord à l’entrée de la concession du chef  de canton un constat saute à l’œil. Celui-ci a installé un dispositif de lavage à mains pour sensibiliser sa population sur l’urgence de l’heure. Des pratiques qui n’étaient pas de leurs habitudes mais qu’ils appliquent désormais au quotidien pour parer à une éventuelle contamination au Covid-19. Des mesures auxquelles tout étranger devra être soumis avant toute discussion ou entretien.  Des mesures qui montrent à suffisance que l’information sur la pandémie a atteint toutes les couches sociales même dans les hameaux les plus reculés où les mesures barrières sont également observées.  M. Komlan Woenagnon Ekpetsu IV, chef de canton de Evou Yaocopé explique les mesures qu’il a prises pour arrêter la propagation de ce virus mortel et surtout pour épargner sa population de cet ennemi invisible. « Nous avons gongonné, nous avons sensibilisé la population sur le port de masque, le lavage des mains et la distanciation sociale. Nous avons demandé aux gens de ne plus s’attrouper, nous avons interdit les enfants de jouer ensemble. Ce sont des dispositions que nous avons prises pour minimiser vraiment cette transmission de la pandémie Covid-19. La population écoute  les médias et les réseaux sociaux comment ça se passe ailleurs, les milliers de personnes qui meurent par jour, elle est informée. C’est par rapport à ça que la population a pris une disposition ferme de port obligatoire de masque. Il suffit de faire un tour seulement dans le village, vous constaterez que dans les maisons non seulement tout le monde porte le masque mais il y a partout le dispositif de lavage de mains », a-t-il expliqué.

blank

Dans ce village, enfants, jeunes et adultes ont également compris la mesure de la chose, le lavage des mains, le port de masques, la distanciation sociale pour briser la chaîne de contamination. « J’ai porté le masque c’est pour éviter la contamination du covid 19. C’est vrai que je suis au village, mais je dois me protéger parce que cette maladie ne met pas de différence entre les habitants du village et ceux de la ville. Cette maladie est partout et elle peut arriver dans notre village et n’importe qui peut la contracter. Ici tout le monde observe les mesures barrières », fait savoir Kossi Kpedameti, habitant de Yaocopé. M. Kekoutatali Nondoou, habitant dudit village y va dans le même sens.   « Il faudrait que nous respectons les mesures barrières et éviter de se déplacer en désordre. Cefaisant nous pouvons endiguer cette pandémie dans notre village », souligne-t-il.

blank

Dans ce village de plus de 2500 habitants, un comité a été mis en place pour veiller au respect des mesures barrières et contrôler la présence de tout visiteur dans le village histoire de prendre des dispositions idoines avant leur intégration dans leur famille. « On a pris nos dispositions d’abord par les sensibilisations. On a sensibilisé tout le village du plus petit au plus grand jusqu’au vieillard sur le port de cache-nez, du lavage de mains et d’observer les étrangers qui arrivent chez nous parce qu’on est au village et nous avons des frères qui sont ailleurs. Si un frère arrive au village pendant cette période où sévie la pandémie, nous lui demandons de se mettre en quarantaine. Nous sommes dans une localité où nous avons la chance d’avoir des infirmiers qui sont à nos côtés. On les invite pour qu’il les consulte d’abord.  On les observe pendant une période avant qu’il n’intègre la famille. Si un étranger arrive et qu’il ne veut pas se soumettre aux dispositions, on le renvoie du village. Parce que chez nous ici tout le monde est sur place. Mais quand eux ils viennent nous ne savons pas s’ils sont déjà contaminés ou pas. Si ces étrangers respectent ces mesures, nous pensons que nous allons vivre ici sains et saufs  sans contracter cette maladie à coronavirus », martèle Komlan Agbemedi, responsable du comité et président du CVD.

Le Coronavirus n’épargne donc personne même dans les milieux les plus reculés. Le respect des mesures barrières reste à être observé à la lettre pour mieux faire face à la pandémie et pour briser toute chaîne de contamination. Pour l’heure vigilance et discipline sont les seules armes pour juguler cette pandémie.

blank

Il est à relever que si le canton de Yaocopé arrive à appliquer ces mesures, il ne faut pas perdre de vue que ce canton  fait l’objet d’une attention particulière de la part de leurs cadres en l’occurrence, Kwami Edjidomele, Directeur des ressources Humaine à l’OTR, qui ne lésine pas sur les moyens pour soutenir les efforts du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé en matière de réalisation des infrastructures dans ce village. La discipline et la prise de conscience observées au niveau des populations de localité à travers le  respect scrupuleux des mesures barrières édictées par le gouvernement sur instruction du Président de la République s’expliquent par cette proximité entre les cadres et la base. Ces cadres qui n’hésitent pas un seul instant à sensibiliser les siens sur le bon comportement qu’il faut adopter dans la cité. Ce qui justifie la discipline observée au niveau des populations de Yaocopé à travers l’application stricte des gestes barrières, des comportements qu’on ne peut pas forcément trouver dans les autres cantons de la préfecture mais qui font cas d’école.                               

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00