Kéran / Fin de la tournée des cadres UNIR dans les 9 cantons de la préfecture/Le DG de la SAFER, Sylvain Outchantcha et les députés, Agbandao Kounon et N’Kéré Komi ont sensibilisé les chefs traditionnels sur la non-violence et le respect des gestes barrières

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

 

Le directeur général de la SAFER, M. Sylvain Atoute Awima Outchantchan accompagné des  honorables députés, Agbandao Kounon et N’Kéré Komi ont bouclé le mercredi 15 juillet leur  tournée de sensibilisation sur la non-violence et le respect des gestes barrières contre le Covid-19 dans les chefs-lieux des 9 cantons de la préfecture.

Cette tournée de sensibilisation, démarrée dans les cantons d’Akpontè, Pessidè et Kantè dans la commune Kéran 1 le lundi 13 juillet, s’est poursuivie le mardi 14 juillet dans les cantons de Koutougou, Warengo et Nadoba de la commune Kéran 3 pour s’achever dans les cantons de Hélota, Ossacré et Atalotè dans la commune Kéran 2. Elle a permis aux initiateurs d’échanger avec les chefs de canton, de village et de quartier de toutes ces 3 communes sur la nécessité de proscrire la violence sous toutes ses formes dans toute la préfecture. Le  Directeur Général de la SAFER, M.  Sylvain Atoute Awima Outchantcha et les deux honorables députés ont invité les garants des us et coutumes à transmettre à leurs populations à la base, les messages de paix et de tolérance ainsi que le respect scrupuleux des mesures barrières contre le Covid-19.

Selon M. Sylvain Outchantcha,  Mme Agbandao Kounon et M. N’Kéré Komi, cadres natifs de la localité, la recrudescence de la violence dans la préfecture devient inquiétante et ternit son image. « Nous avons compris l’urgence d’entretenir d’abord les chefs traditionnels et les populations à la base dans les jours à venir, sur le règlement pacifique des malentendus en prônant le dialogue et en adoptant des comportements civiques pour un meilleur vivre ensemble », ont-ils confié. Ils ont également invité les uns et les autres à rappeler à leurs populations respectives, le devoir de toujours faire recours aux institutions habilitées à la gestion des conflits notamment la chefferie traditionnelle, la préfecture, la police, la gendarmerie et enfin la justice. Ces institutions se doivent d’être respectées dans l’exercice de leurs fonctions par tous les administrés de la Kéran, ont-ils précisé.

Les chefs traditionnels écoutant le message du DG Outchantcha

Cette sortie des cadres UNIR, a également connu la participation de juges, les premiers acteurs dans la gestion de tout conflit. « Nous devons appuyer cette initiative de ces cadres natifs de la localité afin d’informer les populations à recourir aux institutions compétentes dans la gestion de tout différend car la violence est une infraction à la loi du moment où cette violence cause des dommages », a confié Languebande Kérime, chargé des fonctions de procureur près de la préfecture de la Kéran. « Nul n’a le droit de se rendre justice et personne n’est au-dessus de la loi », a-t- il ajouté. Des séances de sensibilisation sur le respect des gestes barrières contre la contamination et la propagation de la maladie à coronavirus ont également marqué cette tournée. Les dispositions légales contenues dans l’arrêté interministériel n°0167/ MATDCL / MCIDSPPCL du 08 juillet 2020 portant obligation jusqu’à nouvel ordre du port de masque de protection dans les différents marchés du Togo, ont été portées à la connaissance des chefs traditionnels.

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00