Affaire de faux billets décelés au poste de péage/ Grâce à ses équipements performants installés sur ses sites, la SAFER a réussi à mettre la main sur un réseau de faussaires de faux billets qu’elle a mis à la disposition de la gendarmerie

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

La Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) a constaté depuis le 24 juillet 2020 la mise en circulation de faux billet dans le circuit. Grâce à son dispositif performant de vidéo surveillance installé sur ses sites, elle a réussi à démanteler le  réseau auteur, composé de six (6) individus dont un (1) béninois et cinq (5) togolais spécialisés dans ce trafic qu’elle a mis à la disposition de la gendarmerie nationale service compétant en la matière.  Parmi ces  faussaires, figurent deux (2) agents de la SAFER, décelés en interne par la Direction générale.

  Le 24 juillet dernier, la Gendarmerie togolaise a réussi à mettre la main sur six (6) individus, dont cinq (5) togolais et un béninois, spécialisés dans le trafic de faux billets. Et parmi les interpellés, l’on compte deux (2) agents de la SAFER.

Le déroulement des faits

Quelques jours avant leurs arrestations, le Chef de Poste de péage de Sotouboua faisant état d’une information relative à la perception de certains billets de banque, qui après contrôle se sont révélés être de faux va saisir la SAFER qui a son tour va engager une enquête en interne. Au premier à bord, les informations recueillies auprès des conducteurs de véhicules porteurs de ces billets, vont révéler que les faux billets en question provenaient du poste de péage de Davié.

En tant qu’institution ayant en charge l’ensemble des réseaux routiers, «la première vérification de la SAFER, a été de savoir qui sont les agents programmés pour la vacation du 23 juillet 2020 de 20 heure à 6 heure au moment des faits, ensuite nous avons recherché le caissier du jour au poste de Davié», nous a expliqué un responsable de la SAFER.

Pour plus de précisions, la Direction de la SAFER a donc fait copier les images de vidéos surveillances pour confronter les acteurs, qui d’ailleurs présentaient dans les vidéos des comportements très suspects et répétitifs tout au long de la vacation du 23 juillet. Ainsi interpellés à s’expliquer devant la Direction, en fonction des images que présentaient les vidéos, ces derniers, notamment le caissier et son supérieur auront toutes les peines à s’expliquer.

La SAFER fait appel à la Gendarmerie

Face à cette situation, la Direction a estimé que l’affaire était trop grave pour la garder en interne nous confie le responsable. Du coup, elle-même va faire appel à la Gendarmerie pour poursuivre et approfondir les interrogations. Suite aux interrogations, le Supérieur au poste a avoué avoir pris de l’argent auprès d’une tierce personne, avant de venir négocier avec le caissier qui devrait l’utiliser en guise de monnaie au péage.

Ce qui ressort des faits

Dans les détails, il ressort donc que c’est le dispositif interne de la SAFER qui a permis de déceler les deux (2) agents, et c’est la Direction qui a donc pris l’initiative d’alerter la Gendarmerie vu la gravité de l’acte des agents. D’ailleurs, une plainte a été déposée contre ces agents auprès du Procureur de la République.
Les enquêtes de la gendarmerie

En effet, la poursuite des enquêtes par la Gendarmerie a permis de mettre la main sur quatre (4) autres personnes en plus des agents de la SAFER, portant le nombre de faussaires à six (6). Dans les détails, il s’agit de cinq (5) togolais et un (1) béninois.

Et de l’enquête de la Gendarmerie il ressort que, « les faux billets de banque d’un montant de cinq cents mille (500 000) F CFA ont été mis en circulation à Lomé par les nommés KARO M’Nawa et TCHANSI N’Yidila Komi, tous deux employés de la Société Autonome de financement d’entretien routier (SAFER) en service au poste de péage de Davié (Tsevié). Ils déclarent les avoir reçus du nommé TAGUESSO Felix demeurant à Cotonou au Bénin avec la complicité des nommés ADJARE Koro, ADAM Moutar et TOGBENOU Amélété », a indiqué la Gendarmerie.

Détail important

Ce qu’il faut comprendre donc, contrairement à ceux qui pensent que c’est la gendarmerie qui a mis la main sur les suspects, c’est plutôt  le dispositif interne de la SAFER mis en place qui a permis à la direction générale de détecter les deux suspects de sa société. Et c’est la SAFER, elle-même qui a remis ces agents suspectés à la gendarmerie, service compétent en la manière. Celle-ci à son tour a mené des enquêtes qui leur ont permis de mettre la main sur le réseau composé de six personnes suscitées.

                                                                         Afriquemedia.info avec Gapola.net

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00