Togo : La ministre de l’action sociale et de la promotion de la femme et la présidente de l’ARF au cœur de la journée internationale de la fille

0
613
Spread the love

La 9ème édition de la Journée internationale de la fille placée sous le sceau de : « Ma voix, l’égalité pour notre avenir », sera commémorée ce dimanche 11 octobre 2020.  À la veille de cet événement, la ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Mme Adjovi Lonlongno APEDO, a lancé un message à l’endroit de la chaîne des acteurs impliqués dans la lutte pour l’émancipation de la jeune fille sur le plan national,  à intensifier les actions devant permettre de faire de la fille togolaise, une véritable actrice, prête à participer activement à la réalisation des trois axes du Plan National de Développement (PND). Et pour y arriver, il faudrait mettre l’accent sur l’éducation de la jeune fille togolaise, a-t-elle martelé.

A l’occasion,  elle a exhorté les filles à prendre conscience et à se mettre ensemble pour que leurs voix puissent porter haut leur idéale et les a invité  à faire preuve de rigueur sur le plan scolaire et à opter pour des filières porteuses de promesses d’emplois, en osant embrasser les filières scientifiques, techniques et technologiques et à rechercher l’excellence dans toutes leurs entreprises ; qu’elles se battent pour s’insérer sur le marché du travail en perpétuelle mutation et mériter des postes de responsabilité », a-t-elle laissé entendre.

Elle a saisi l’opportunité pour se glisser sur un terrain sur lequel les traces de l’Association Racine Féminine se font voir, en  estimant par ailleurs que cette occasion soit une opportunité pour mettre fin à la double discrimination et aux actes de violences sexuelles dont les jeunes filles sont souvent victimes, surtout dans les milieux scolaires ruraux.

Elle a rappelé l’engagement ‘’ferme’’ du gouvernement à œuvrer davantage pour la défense des droits de la femme, pour une meilleure promotion de l’Équité-Genre, et surtout pour son épanouissement dans la société à travers sa politique d’inclusion sociale et de développement car une Femme éduquée est une communauté épanouie comme l’a toujours souligné la Présidente de l’ARF, Mme Nadège Kodedjo AGBODJIVE.

L’instruction des filles permet généralement d’accroître leur potentiel de revenu personnel et de réduire la pauvreté dans leur communauté. L’éducation des filles n’est pas seulement une nécessité morale : c’est aussi un facteur de développement économique et social. Il n’est plus à rappeler que l’accroissement du nombre de filles instruites a pour effet d’augmenter le nombre de dirigeantes, de ralentir la croissance démographique et donc d’atténuer les pressions liées au changement climatique.

Dans les pays où l’éducation des femmes progresse, la mortalité infantile et la surnatalité baissent, la propagation des pandémies est mieux maîtrisée. Et une femme instruite peut à son tour éduquer ses enfants. C’est pour ces multiples raisons que l’Association Racine Féminine (ARF)  a choisi , d’entreprendre  depuis quelques jours une tournée de sensibilisation dans diverses localités du pays, afin de faire comprendre aux parents d’élèves et aux jeunes filles mêmes, ‘’ l’importance de la scolarisation pour la jeune fille, les méfaits des violences sous toutes ses formes sur leur personnalité, leur communauté et leur éducation,, surtout en cette période de crise sanitaire due à la pandémie COVID-19’’.

L’éducation permet à la fille d’avoir une assurance de soi, de se départir des préjugés, de sa propre vie, d’améliorer sa qualité de vie, de prendre conscience de ses droits et d’être en mesure de les défendre.

L’instruction ou l’alphabétisation de la femme est bénéfique. Elle a des effets positifs sur la maîtrise de la fécondité, les femmes ayant un niveau secondaire ou plus, ont une prévalence contraceptive plus élevée que les femmes qui ont une instruction primaire (34% toutes méthodes confondues et 15% pour les méthodes modernes) contre respectivement 9 et 4%,les enfants des mères qui ont une scolarité relativement longue, ont beaucoup plus de chance de survie. Ceci montre tout l’intérêt pour les femmes d’avoir accès à tous les niveaux de l’enseignement y compris l’enseignement supérieur car l’augmentation du niveau d’instruction permet aux filles d’accroître leur possibilité d’exercer un emploi rémunérateur et par là d’avoir une autonomie financière permettant d’avoir le pouvoir de décision ; Elles discernent mieux les avantages d’éduquer leurs enfants.

Au cours de ces sorties, la présidente de l’ARF, Mme Nadège Kodedjo AGBODJIVE, ne cesse jamais de rappeler que l’éducation et la formation des filles et des femmes est un investissement très rentable au plan social et économique. L’intérêt que la femme et la société y en retirent est immense. Ces Bénéfices sont durables pour la fille. L’éducation représente une multitude de choix tel que le mariage libre et non précoce, la planification des grossesses ou comment gagner sa vie etc.

À l’endroit des parents toujours, elle rappelle qu’en agissant sur l’éducation de la fille, ils améliorent non seulement son statut, et lui permettent d’améliorer la santé, la nutrition et l’éducation de la famille, mais aussi lui permettent de participer plus efficacement à la prise de décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici