DUBAÏ/ 3e édition du mois de la diaspora africaine constructive/Une réussite au-delà des attentes

0
96
Spread the love

L’apothéose de la 3e édition du Mois de la diaspora africaine constructive s’est tenue samedi dernier à Dubaï. Placée sous le thème : « Amélioration du partenariat public-privé en Afrique, pour le financement des projets de développement », cette nouvelle édition a été couplée au lancement officiel des activités de la plateforme financière digitale de SAIGE-Dubaï et du Fonds d’investissements et de solidarité de la diaspora africaine.

Ladite initiative a été présidée par Moïse Kérékou, ancien ambassadeur du Bénin en Turquie et coordonnateur de cette édition. Plusieurs personnalités ont pris part à cette rencontre. Notamment Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria, Lionel Zinsou, ancien premier ministre du Bénin, Sénateur Bill Perkins, parrain des Editions du mois de la diaspora et Kovi Adanbounou, maire de la commune de Agoè-Nyivé 1 et promoteur du Mois de la diaspora africaine constructive. La rencontre s’est déroulée en mode virtuel avec un groupe restreint composé des partenaires techniques et d’autres fonds d’investissements.

Pour Moïse Kérékou, la diaspora se trouve en pole position de l’énorme potentiel de l’Afrique en attente d’être valorisé. « Aussi, le développement du continent doit passer à des mécanismes sophistiqués qui ne laissent aucune place au hasard et qui rassurent tous les acteurs, aussi bien les pouvoirs publics, le secteur privé, les investisseurs, les institutions financières, la diaspora et les usagers », disait-il. Celui-ci

Pour ce qui est des indications, les fonds rapatriés en Afrique (65 milliards de dollars) sont largement suffisant pour développer une nouvelle dynamique de croissance sur le continent car ce montant des transferts représente plus de 100 fois l’aide au développement et plus de 5 millions de fois l’aide dont a bénéficié l’Europe pour sa reconstruction, connue sous l’appellation de Plan Marshall.

Moïse Kérékou suggère la mobilisation, la canalisation et l’orientation, ne ce serait-ce que 1%, de cette importante manne financière pour appuyer d’une part pour des projets d’investissements structurants à fort potentiel d’emplois pour la jeunesse africaine et d’autre part des projets publics à fort potentiel social pour juguler définitivement la pauvreté.

Celui-ci n’a pas manqué de saluer le génie, la vision et les mérites d’un homme humble, discret et exemplaire, dont l’un des plus grand objectifs, est d’œuvrer pour le développement de l’Afrique par les africains et pour les africains. « Je veux nommer notre frère et ami, M. Kovi Akouété ADANBOUNOU, actuel Maire de la Commune de Agoè-Nyivé 1 », a indiqué Moïse Kérékou dans son discours.

Il a  rappelé le rôle important que la diaspora africaine peut jouer dans le développement de l’Afrique. Car pour lui, la Diaspora africaine aujourd’hui, c’est environ à 200 millions d’Africains vivant hors du Continent. « C’est aussi environ 65 milliards de dollars de fonds rapatriés en Afrique dont plus de la moitié pour l’Afrique de l’ouest seule. Cette manne financière astronomique est largement suffisante pour développer une nouvelle dynamique de croissance sur notre cher et beau Continent car ce montant des transferts représente plus de 100 fois l’aide au développement et plus de 5 millions de fois l’aide dont a bénéficié l’Europe pour sa reconstruction, connue sous l’appellation de Plan Marshall », a-t-il précisé. Selon lui, si l’on arrive à mobilier et canaliser ces 1℅ de ces fonds, ce serait un grand plus pour le financement des projets de développement de l’Afrique « Maintenant, imaginez qu’on arrive à mobiliser, canaliser et orienter seulement 1% de cette importante manne financière d’une part pour des projets d’investissements structurants à fort potentiel d’emplois pour la jeunesse africaine et d’autre part pour des projets publics à fort potentiel social pour juguler définitivement la pauvreté », soutient-il.

Il a pour finir souhaité que les 12 000 milliards de dollars américains injectés par les pays du G20 pour sauver l’économie mondiale fortement secouée par la crise sanitaire due à la Covid-19, ait un impact sur la sauvegarde des emplois et le maintien à un niveau appréciable des revenus des membres de la diaspora.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici