Délimitation des frontières maritimes : la 10eme session de la commission mixte paritaire benino-togolaise ouverte à Lomé

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

La commission mixte paritaire Bénin-Togo de délimitation de la frontière maritime tient sa dixième session les 28 et 29 octobre 2021, à Lomé. L’objectif de cette réunion est d’élaborer un agenda global de négociations sur le processus de délimitation de leur frontière maritime et explorer les voies et moyens pour y parvenir. Les travaux ont été ouverts par le ministre Noupokou Dammipi, président de la commission nationale des frontières maritimes en présence du directeur général de l’Agence Beninoise de la Gestion Intégrée de l’Espace Frontalier (ABeGIEF), Baglo Ayite Marcel et  du colonel Neyo Takougnadi, préfet maritime du Togo.

La 10eme session de la commission mixte paritaire benino-togolaise sur la délimitation des frontières maritimes a été ouverte le jeudi 28 octobre à Lomé. Organisée par le Haut Conseil pour la Mer (HCM), cette session durera deux jours. Elle a réuni les délégations de l’Agence de la gestion des frontières maritimes du Benin et du Togo, les responsables de la composante CEDEAO et du projet GIZ et les préfets maritimes des deux pays.

La rencontre a permis aux deux parties de discuter et ressortir les décisions portant sur la gestion de l’espace maritime entre les deux Etats. Il s’est agi d’élaborer un agenda global de négociations sur le processus de délimitation des frontières maritimes, d’explorer les voies et moyens pour y parvenir et déterminer les limites géographiques et juridiques.

Les participants ont  suivi des communications sur l’état des lieux des frontières maritimes dans la sous-région, ce qui leur permettra de faire ressortir une carte maritime entre le Togo et le Benin. Ils parleront de la délimitation des frontières communes, du calendrier de négociation entre les deux pays et du niveau d’évolution du dossier du plateau continental. Les travaux ont débouché sur un document devant coordonner la gestion de ces frontières maritimes en tenant compte des intérêts, de l’équité, de la taille du pays et de la transparence.

En ouvrant les travaux, le président de la commission nationale des frontières maritimes, le ministre Noupokou Dammipi, a indiqué qu’après l’étape du dépôt de la demande conjointe d’extension du plateau continental et des cartes marines aux Nations Unies par les deux États, conformément à la convention de Montégo Bay, la phase concrète de négociations en vue de la délimitation de la frontière maritime s’amorce avec la tenue de cette dixième session de la commission mixte paritaire entre les deux parties. « Cette dixième session de la Commission mixte paritaire devra nous permettre, notamment de faire le point de l’évolution du dossier conjoint d’extension du plateau continental déposé aux Nations-Unies, de définir de commun accord des points de discussions en vue de la délimitation de notre frontière maritime en partant de l’état des lieux des frontières maritimes dans la sous-région pour arrêter au final, toujours de commun accord, un chronogramme global des négociations », a-t-il fait savoir.

A cet effet, M. Dammipi s’est dit qu’au regard de la bonne volonté affichée par chacune des deux parties, être optimiste quant à l’aboutissement heureux et rapide des négociations qui sont ouvertes. « Mon optimisme se fonde sur le travail important que nous avons menés en amont et qui a abouti aux cartes marines consensuelles déposées aux Nations-Unies et sur lesquelles figurent des éléments qui faciliteront le consensus sur la délimitation de notre frontière maritime, notamment les lignes de bases, les limites de la mer territoriale, de la zone contiguë et de la zone économique exclusive (ZEE) », a-t-il laissé entendre avant de rendre un hommage mérité aux chefs d’Etat des deux pays qui, selon lui, ont su imprimer à ce processus une dynamique de consensus et d’entente, en accord avec les liens historiques d’amitié et de fraternité qui unissent les deux États.

Le directeur général de l’Agence Beninoise de la Gestion Intégrée de l’Espace Frontalier (ABeGIEF), Baglo Ayite Marcel, a salué la tenue de cette session. Pour lui, « l’avenir du monde se trouve en mer. Il est question de gagner du territoire sur la mer; c’est dans cette optique que le Togo et le Bénin ont mis sur pied une institution chargée de travailler conjointement pour parvenir aux résultats escomptés ». A ses dires, « il convient au Togo et au Bénin de sortir un résultat digne pour montrer aux autres pays de la sous-région qu’ils savent se battre pour défendre leurs intérêts».

 Le préfet maritime du Togo, Col. Neyo Takougnadi s’est dit optimiste quant à l’aboutissement heureux et rapide des négociations au regard de la bonne volonté affichée par chacune des deux parties. ≪ Mon optimisme se fonde sur le travail important que le Togo et le Bénin aient mené en amont pour présenter aux Nations Unies. Cet optimisme repose davantage sur la bonne qualité des relations de coopération et de bon voisinage qui ont toujours existé entre le Togo et le Bénin et qui nous ont permis de surpasser les difficultés rencontrées dans notre cheminement commun≫, a confié Col. Takougnadi.

 

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00