Construction et réhabilitation des routes au Togo : l’entretien routier, une activité importante pour la durabilité des routes et une circulation aisée des usagers

0
358
Spread the love

Le ministère des Travaux Publics a organisé le 18 novembre dernier, à Lomé, la réunion de programmation du budget-programme annuel d’entretien routier 2022. L’objectif de cette rencontre est d’arrêter en fonction de la prévision des recettes réalisables, le projet de budget-programme de l’année 2022. Ainsi, à l’issue de l’évaluation consécutive à la collecte des données routières, le coût estimatif de l’entretien routier exercice 2022 revient à 30.609.300.000 F CFA. Une somme qu’il faut forcément à la Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier(SAFER) pour un bon entretien des routes, car s’il est vrai qu’il faut construire et réhabiliter les routes, il n’en demeure pas moins que l’entretien reste l’autre perle de manche. La Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier y joue un rôle important dans ce domaine.

Après la collecte des données routières dans les régions du Togo, il ressort que 45% du réseau national est en bon état. 26% en mauvais état et 29% en cours de réhabilitation et pour le projet programme exercice 2022, il est attendu environ 30 milliards de francs CFA.

Le développement du réseau routier national de qualité est l’un des projets phare du gouvernement. Il est de notoriété que la qualité du réseau routier est fonction de son entretien régulier. Et pour y arriver il faut des moyens financiers conséquents. Or les moyens financiers disponibles pour l’entretien routier annuel ne couvrent pas totalement les besoins.

C’est ce qui a amené les gouvernants a organisé le 18 novembre dernier, à Lomé, la réunion de programmation du budget-programme annuel d’entretien routier 2022. La rencontre, avec notamment le ministère des Travaux publics, les services d’entretien routier et la SAFER (Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier), visait à arrêter, en fonction des prévisions de recettes, le projet de budget-programme de l’année 2022. Ainsi à l’issue des travaux, le coût estimatif de l’entretien routier pour l’exercice 2022 est évalué à 30.609.300.000 FCFA.

Ce budget qui sera exécuté par la Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) servira à l’entretien des routes nationales, des pistes rurales, au cantonnage pour renforcer la sécurité routière sans oublier le financement des œuvres sociales au profit des populations dans les localités où on a érigé les postes de péage. Pour y arriver, les besoins vont être priorisés en fonction du budget 2022 pour espérer atteindre les objectifs fixés.

Pour  la ministre des Travaux Publics, Madame Zouréhatou Tcha-Kondo épouse Kassah-Traoré, le  maintien et l’entretien du  réseau routier national est une nécessité vitale, un gage de prospérité de notre pays qui nous conduit sur le chemin de l’émergence. « J’exhorte tous les partenaires et acteurs impliqués dans le processus de gestion de l’entretien routier à prendre un nouvel élan qui doit se caractériser désormais par une transparence dans le processus de passation des marchés sans perdre de vue les paramètres de qualité, de coût et de délai dans l’exécution des travaux. (…) La SAFER quant à elle, conformément à son agenda, devra redoubler d’ardeur pour assurer le financement de l’entretien du réseau routier national », a-t-elle lancé.

Construire et réhabiliter les infrastructures routières c’est bon mais l’entretien reste l’autre perle de manche. La Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier y joue un rôle important « La plus importante et déterminante est l’entretien routier parce que le fonds est créé pour l’entretien routier. Après nous avons les appuis aux communautés qui portent sur les projets d’intérêts communautaires », fait savoir M. Sylvain Outchantcha, Directeur Général de la SAFER.

Selon lui,  la dynamique du développement socio-économique de notre pays sous l’impulsion du président de la République, repose sur le développement de la route qui reste une opération suffisamment onéreuse appelant tous les acteurs à œuvrer pour la protection de cette dernière.

Pour le DG de la SAFER, « la protection de la route pour garantir sa durabilité dans le temps passe par l’adhésion de tous les acteurs de l’opération de contrôle des charges à l’essieu confiée par le gouvernement à la SAFER. L’opération de contrôle des charges à l’essieu consiste à empêcher les surcharges des camions et des gros porteurs de marchandises source de destruction prématurée de nos routes ».

Enfin il est important de rappeler que malgré la crise sanitaire due à la Covid-19, la SAFER a pu mobiliser au 15 novembre 2021, un montant global de 30 milliards de F CFA pour le compte du budget d’entretien routier exercice 2021, contre un montant attendu de 21 milliards de F CFA en 2020, soit un taux de progression de 43%

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici