Togo/ EPU: le CACIT, la CNDH et L’UPR info font les derniers réglages

0
261
Spread the love

Le Togo se prépare pour l’examen périodique universel (EPU) qui se tiendra le 24 janvier 2022. Mais avant cette date, le collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) avec la CNDH et l’UPR-inf se sont mis en conclave ce mardi 23 novembre 2021 à Lomé, pour élaborer un plaidoyer stratégique des organisations de la société civile et de la CNDH avant l’examen et la pré-session nationale.

La rencontre va permettre aux 55 participants de la société civile et du personnel de la CNDH, de mieux comprendre le processus de formulation des recommandations de l’EPU par les Etats examinateurs, de présenter le format de la Pré-session nationale ainsi que de préparer les interventions des orateurs sélectionnés.

Selon Mme Amemassor Ami, Vice-présidente du CACIT, la rencontre qui se tient dans le cadre du passage du Togo devant le conseil des droits de l’homme doit être un travail conjoint  pour que d’une seule voix, les organisations de la société civil puissent présenter un rapport non conflictuel et ceux qui vont examiner le Togo puissent avoir déjà les points  sur lesquels examiner le Togo.

« L’État a son rapport, la CNDH a son rapport et les société civile aussi a son rapport, c’est ensemble qu’on pourra faire évoluer les droits de l’homme au Togo. Donc c’est ensemble qu’on doit travailler », a t-elle souligné.

La vice-présidente a par la même occasion exhorté tous les acteurs à plus d’implications en terme de partage de bonnes pratiques et d’expériences.

Elle a également indiqué que la pré-session, à laquelle ils se préparent, est une étape du processus de l’EPU qui leur offre une plateforme internationale à travers laquelle ils présenteront aux États leurs priorités et préoccupations en amont de l’examen du Togo.

De son côté, la vice-présidente de la CNDH, Afi Atitso, met le vœux que les résultats escomptés, pour cette rencontre, soient des échanges d’informations précises et détaillées sur la situation des droits humains.

Pour elle, il s’agira de formuler des recommandations qui reflètent la réalité et les préoccupations des populations togolaises.

« Nous allons nous familiariser avec les bonnes pratiques en matière d’élaboration des fiches de plaidoyer et de formulation SMART des recommandations », a précise Mme Houmavo Amé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici