Pour un bon entretien des routes et une réhabilitation des pistes rurales, les usagers de la route ont une obligation morale de payer les droits d’usage de la route

0
749
Spread the love

La route constitue un moyen incontournable de développement économique d’une nation. C’est à juste titre qu’on dit souvent que « la route du développement passe par le  développement de la route ». Ainsi, disposer d’une route ne se limite pas seulement à sa construction, mais il faut son entretien afin qu’elle puisse servir durablement. C’est  pour cette raison que le gouvernement togolais a créé la Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier(SAFER). C’est pourquoi il est une obligation morale pour l’ensemble des usagers de la route de payer les droits d’usage de la route pour permettre à la SAFER d’assumer convenablement sa mission, celle de l’entretien routier et la réhabilitation des pistes rurales au lieu de contourner les postes de péages.

Construire et réhabiliter les infrastructures routières c’est bon mais l’entretien reste l’autre perle de manche. La Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier y joue un rôle important « La plus importante et déterminante est l’entretien routier parce que le fonds est créé pour l’entretien routier. Après nous avons les appuis aux communautés qui portent sur les projets d’intérêts communautaires », fait savoir M. Sylvain Outchantcha, Directeur Général de la SAFER.

Depuis sa création, la SAFER a mis son expertise et son savoir-faire au service de l’entretien des routes du pays. Nous en voulons pour preuve les résultats engrangés  en matière d’entretien routier sur toute l’étendue du territoire nationale. En six années seulement, l’entretien routier au Togo a connu une avancée significative. Ces résultats à l’actif de la SAFER en si peu de temps sont satisfaisants, selon  la société civile togolaise et les commentaires des partenaires techniques qui apportent leur appui à l’institution.  . Voici quelques exemples qui montrent à suffisance les efforts de la SAFER en termes de réalisation. En 2013 : 1826 km de routes et pistes rurales entretenues ; en 2014 : 1335 km de routes et pistes rurales entretenues ; en 2015 : 1648 km de routes et pistes rurales entretenues ; en 2016 : 1945 km de routes et pistes rurales entretenues ; en 2017 : 1095 km de routes et pistes rurales entretenues.

Aujourd’hui, la SAFER  est confrontée à deux problèmes. La surcharge des camions dégrade l’asphalte et le manque de moyens. En effet, la SAFER a environ un réseau de 11 000 km à entretenir. Les besoins réels pour une telle opération ne sont jamais totalement couverts et le coût estimatif de l’entretien routier pour l’exercice 2022 est évalué à 30.609.300.000 FCFA.

Ce budget qui sera exécuté par la Société Autonome de Financement d’Entretien Routier (SAFER) servira à l’entretien des routes nationales, des pistes rurales, au cantonnage pour renforcer la sécurité routière sans oublier le financement des œuvres sociales au profit des populations dans les localités où on a érigé les postes de péage. Pour y arriver, les besoins vont être priorisés en fonction du budget 2022 pour espérer atteindre les objectifs fixés.

Il se pose alors la problématique de financement de l’entretien  routier au Togo. Or  les ressources d’entretien routier se reposent essentiellement sur deux choses seulement : les redevances sur les carburants et les péages. Mais les péages semblent être la ressource importante et fondamentale pour  mieux prendre en charge l’entretien des routes du pays. C’est pourquoi il est une obligation morale pour l’ensemble des usagers de la route de payer les droits d’usage de la route pour permettre à la SAFER d’assumer convenablement sa mission, celle de l’entretien routier et la réhabilitation des pistes rurales au lieu de contourner les postes de péages.

En le faisant, on contribue efficacement et significativement à l’entretien et la réparation des routes de notre pays  et pour ainsi disposer de bonnes routes sur lesquelles il sera facile de rouler. D’ailleurs le Directeur Général de la SAFER, M. Outchantcha Awima Atouté  n’a de cesse expliqué que le gouvernement s’est engagé dans un vaste programme  de construction et de réhabilitation des infrastructures  routières qui se traduit par la construction de ce poste de péage. Aussi, a-t-il souvent présenté les atouts et les avantages que les postes de péage offrent aux  populations, ses services ainsi que son fonctionnement. Il est donc nécessaire que chacun joue sa partition surtout en payant les frais de péage à chaque poste. Cela y va de l’intérêt de tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici