Fin du Colloque de Lomé sur la gestion des transitions politiques et l’extrémisme violent : des experts recommandent le renforcement de « la stratégie de la gouvernance constitutionnelle et politique »

0
485
Spread the love

Les experts au colloque international sur « la gestion des transitions politiques et le renforcement de la résilience face aux extrémismes – cas de l’Afrique de l’ouest » ont recommandé, le dimanche 6 mars à Lomé, quelques lignes directives aux Etats notamment le renforcement de « la stratégie de la gouvernance constitutionnelle et politique dans la perspective de la prévention du phénomène de l’extrémisme violent ».

Ce colloque de deux jours « est voulu par le chef de l’Etat parce qu’il pense qu’en vous réunissant ici en tant qu’experts internationaux de très hauts niveaux, vous allez dans certains domaines contribuer à mieux comprendre et à résoudre la question liée aux transitions politiques », a dit le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’Extérieur, Prof. Robert Dussey à la clôture des travaux.

Les lignes directives de ce colloque

Ces experts et scientifiques de la sous-région et d’ailleurs ont recommandé, entre autres, « de renforcer la stratégie de gouvernance économique et de développement dans les États » ; « de restructurer et de mettre en place des stratégies et des agendas au niveau des institutions internationales qui calquent avec les exigences politiques et économiques de la gouvernance de la transition politique ». Ils ont suggéré également d’« insister sur la collaboration transfrontalière entre les États en proie aux extrémistes violents  dans le cadre de la gestion des transitions politiques  et qu’ « en cas d’extrémisme violent dans les transitions politiques, diversifier la collaboration avec tous les acteurs au niveau national et international ».

Les conclusions des travaux mettent à juste titre outre le besoin de crédibiliser davantage nos institutions politiques, le rôle essentiel des leaders religieux et d’opinion, de la société civile et des autres composantes de la société notamment les jeunes et les femmes sur les grandes questions concernant la gestion de nos états, a indiqué Prof. Dussey. Il a salué « les recommandations pertinentes » visant la consolidation des États, la prise en compte des réalités endogènes et culturelles dans les processus de transition ainsi que la mise en place au sein des institutions décisionnelles, des centres d’intelligence et de réflexion stratégiques.

Des apports importants à la conférence du 21 avril prochain

« Toutes ces recommandations constituent de précieux apports qui serviront de base des travaux de la prochaine conférence internationale de Lomé sur les transitions politiques et la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans la région de l’Afrique de l’Ouest prévue pour le 21 avril prochain », a rassuré le ministre.

La clôture des travaux s’est déroulée en présence du représentant résident du PNUD au Togo, Aliou Dia, du président de l’Université de Lomé, ministre en charges des Enseignements, Prof. Dodzi Kokoroko et du rapporteur général du colloque, Prof. Adama Kpodar, directeur général de l’Ecole nationale d’administration.

Pour Prof. Kpodar, « l’extrémisme violent est devenu une épine dans les jeunes démocraties en Afrique et plus particulièrement en Afrique de l’ouest ». Nos États, dit-il doivent prendre leurs responsabilités pour lutter contre l’extrémisme violent.

A traves ce colloque, le Togo ambitionne non seulement d’interpeller le monde scientifique sur son rôle, sa place dans l’édification des sociétés paisibles et stables, mais aussi de recueillir des propositions concrètes et novatrices susceptibles de nourrir les réflexions dans le cadre de la prochaine conférence internationale qu’abrite le pays sur la thématique en avril prochain. Sur les deux jours, trois panels étaient au cœur des travaux notamment « Paradigme sécuritaire et enjeux politiques » ; « Défis contemporains à la lumière des derniers évènements politiques et sécuritaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest » ; « Transitions politiques au Sahel et en Afrique de l’Ouest : comment accompagner au mieux les processus ».

                                                                                                              Avec ATOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici