JIF au CEG de Kohé marqué par une sensibilisation : la directrice Françoise Simala veut faire des jeunes filles de son établissement des femmes idéales de demain

0
216
Spread the love

Le monde entier a célébré le  08 mars, la  journée internationale de la femme. Le thème retenu pour cette année est « l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable ».  Au Togo, cette journée a été célébrée dans tous les secteurs d’activité par les femmes. Au CEG Kohé, soucieuse de l’avenir des élèves surtout les filles, cette célébration loin d’être une grande fête a été plutôt marquée par une  sensibilisation faite par les enseignantes à leur endroit. Placée sous le thème, « l’excellence académique chez les filles. Les réformes pour relever le défi »,  cette sensibilisation a porté sur les mauvaises compagnies, les cas de grossesse précoce en milieu scolaire et les réformes opérées par le gouvernement en faveur des femmes.  L’objectif est d’amener les jeunes filles dudit établissement à adopté des comportements responsables tout le long de leur cursus scolaire afin de devenir des femmes leaders de demain. Mme Françoise Simala épouse Baragou Directrice du CEG Kohé a tout  d’abord remercié les plus hautes autorités du pays pour leur politique en faveur de la promotion de la femme. Elle a ensuite salué le dynamisme des valeureuses femmes enseignantes qui abattent un travail exceptionnel avant d’inviter les jeunes filles à donner le meilleur d’elles-mêmes en ayant de grandes ambitions pour leur vie. Un sketch présenté par les élèves a permis aux élèves de comprendre que la réussite vient toujours au bout des efforts. C’est dans une ambiance bon enfant que cette célébration de 8 mars a pris fin. La sensibilisation s’est déroulée dans le strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie à coronavirus.

L’avenir des élèves surtout les élèves filles tient à cœur Mme Françoise Simala, épouse Baragou. C’est pourquoi, à chaque édition de la journée de 8 mars, journée dédiée aux Droits de la femme, elle n’a de cesse organisé une sensibilisation à l’endroit des élèves filles de son établissement. Pour cette édition 2022 de la journée internationale de la femme, elle n’a pas dérogé à la règle. La Directrice soutenue par les dynamiques femmes enseignantes a encore organisé une grande sensibilisation à l’intention de leurs apprenantes.

Le Thème retenu pour cette année 2022 s’inscrit dans le contexte de la crise climatique et s’intitule, « l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable ». Sur  le plan éducatif, la célébration de cette journée s’articule sur deux thèmes à savoir « Rôle et impact de la femme dans la société et particulièrement dans le système éducatif » et « l’excellence académique chez les filles. Les réformes pour relever le défi ».

C’est donc autour de ce dernier thème que cette sensibilisation est placée. Elle a porté sur les mauvaises compagnies, les cas de grossesse précoce en milieu scolaire et les réformes opérées par le gouvernement en faveur des femmes. Le corps enseignant surtout les vaillantes femmes enseignantes du CEG Kohé, dans leur exposé ont relevé les causes des grossesses précoces en milieu scolaire et  leurs conséquences. En ce qui concerne les causes, elles ont énuméré entres autres la mauvaise compagnie, la recherche du gain facile, les rapports sexuels non protégés ainsi que la naïveté. Parlant des conséquences, celles-ci ont fait ressortir l’abandon prématuré des études, le rejet de la famille, les infections sexuellement transmissibles dont le VIH-SIDA. Pour encourager les élèves à s’adonner à leurs études les enseignantes du CEG Kohé ont relevé les réformes faites par le gouvernement en faveur des femmes notamment l’équité et l’égalité genre et bien plus les facilités mises en place pour accompagner les élèves et leurs parents. Il s’agit de la gratuité des frais scolaires et des frais d’inscription aux différents examens.

L’objectif est d’amener les jeunes filles dudit établissement à éviter les mauvaises compagnies, les exhorter à renoncer aux grossesses précoces mais à prôner l’excellence en s’adonnant à fond à leurs études, en adoptant  des comportements responsables tout le long de leur cursus scolaire afin de devenir des femmes leaders de demain.

Un sketch présenté par les élèves dudit établissement est venu appuyer davantage la sensibilisation puisque le sketch a montré que le succès est au bout de l’effort et le libertinage ne conduit nullement à bon port.

« Nous avons saisi cette occasion de la journée internationale de la femme dont le thème s’intitule « l’excellence académique chez les filles. Les réformes pour relever le défi », pour sensibiliser nos élèves sur l’excellence parce que nous avons remarqué qu’au niveau des instances décisionnelles, les femmes ne sont pas représentées. Pour être représentée, il faut évoluer dans les études en donnant le meilleur de soi-même, ceci déjà au niveau des basses classes. C’est ce thème que nous avons exposé en opposant l’idéal et le libertinage, c’est-à-dire qu’il faut que nos élèves filles se consacrent aux études, avoir des diplômes et par ricochet de l’emploi pour impacter non seulement sa communauté mais aussi le pays dans le quel elles se trouvent », fait savoir Mme Zegbla Ayawavi, enseignante d’anglais et français au CEG Kohé.

Pour Mme Motto Mokpokpo Adzo, enseignante de l’ECM et d’histoire et géographie, l’esprit de cette sensibilisation, est de faire des élèves de leur établissement des femmes leaders de demain. « Nous avons mobilisé les jeunes filles pour les sensibiliser parce que nous voulons que ces jeunes deviennent des femmes leaders de demain. Cette sensibilisation fait suite au constat selon lequel les filles du CEG Kohé sont très timides. Nous voulons les mettre dans le bain afin qu’elles soient dégourdies et prendre le devant des choses. Ensuite, nous avons constaté depuis un temps quelques cas de grossesses. Nous voulons mettre fin à cet état de chose. Cette année nous avons opté pour ″ la grossesse zéro″. Nous voulons que les jeunes filles même sensibilisent leurs camarades les prévenir et sur les conséquences des grossesses précoces. Nous avons voulu montrer à travers le sketch, l’assiduité à l’école, l’excellence dans le travail. A travers ce sketch, nous voulons montrer aux jeunes filles que le succès est au bout de l’effort. Nous voulons que toutes nos filles consacrent tout leur temps aux études, que toutes nos filles travaillent, qu’elles prennent le devant de la chose afin qu’elles deviennent de grandes personnalités dans l’avenir », a-t-elle déclaré.

Si dans plusieurs établissements scolaires du pays, on récence plusieurs cas de grossesses précoces qui obligent certains jeunes filles élèves à l’abandon des classes, tel n’est pas le cas du CEG Kohé qui enregistre peu de cas, ceci grâce au travail de sensibilisation faite par la première responsable de ce collège d’enseignement général, Mme Françoise Simala. « Par le passé on avait eu un cas mais c’étais un cas isolé. Puisque nous avons l’habitude d’organiser des sensibilisations sur les grossesses précoces. Nous faisons la promotion de la jeune fille et par mois lorsque nous intervenons dans les salles de classes, nous sensibilisons les filles sur la culture de l’excellence. D’ailleurs le crédo de notre directrice est de promouvoir la jeune fille. C’est dans cette dynamique que l’année passée nous avons institué un slogan qui dit ” Osé oser”, juste pour inviter les jeunes filles à oser afin de ressembler aux femmes qui sont aujourd’hui dans les sphères décisionnelles », renchérit Mme Motto.

Mme Françoise Simala, épouse Baragou, directrice du CEG Kohé lors de son intervention

Dans son intervention, la directrice du CEG Kohé, Mme Françoise Simala, épouse Baragou a tout d’abord fait l’historique de la journée de 8 mars. Elle a ensuite remercié les plus hautes autorités du pays pour avoir engagé plusieurs réformes pour promouvoir l’excellence chez les filles et les facilités mises en place pour leur réussite. «  Je voudrais évoqué ici  la discrimination positive en faveur de la gente féminine  dans beaucoup de secteurs. Par exemple, l’accès des femmes aujourd’hui à certains postes clés de responsabilité dans les services, entreprises et ministères ; la prise en charge des filles lors des concours, le décernement des prix d’excellence aux meilleurs filles. Je m’en veux pour preuve les 60 meilleures filles au Bac 2 qui ont été primées pour le compte de l’année académique 2020-2021 », a-t-elle indiqué.

Parlant du rôle et l’impact de la femme, Mme Simala a relevé que celle-ci est productrice, gardienne, éducatrice et entrepreneure. « La femme éveille la conscience de la société, elle est le facteur du développement économique », fait-elle savoir avant d’ajouter que la femme moderne est capable de solidarité et de créer une communauté, autant  l’excellence académique de la jeune fille est possible mais il faudrait que la jeune fille soit à la hauteur, qu’elle est un niveau intellectuel, qu’elle développe des compétences requises.

Bien plus, la directrice du CEG Kohé n’a pas manqué de prodiguer d’utiles conseils aux jeunes filles en général et particulièrement celles de son établissement. « La jeune fille doit éviter les distractions et se donner sérieusement au travail, éviter les mauvaises compagnies car les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs, éviter la recherche de gain facile et pécuniaire, ce qui les poussent à se livrer aux garçons ».  Françoise simala,a invité les élèves à retenir quatre mots clés que sont «  le rêve, la confiance, la passion et la discipline ». Elle leur a demandé d’avoir la passion pour ce qu’elles font, de donner le meilleur d’elles-mêmes, d’être disciplinées tout ceci, gage de réussite. Aussi, a-telle proposé de promouvoir la culture d’excellence dans son établissement en octroyant des prix aux meilleures filles. « …les meilleures filles au premier trimestre de cette année 2021-2022 de notre établissement seront primée », a-t-elle déclaré. Pour finir, Mme Simala a salué l’engagement de ses professeurs qui, depuis quelques années s’ingénient pour promouvoir la jeune fille élève.

C’est dans une joie doublée d’une satisfaction totale tant au niveau de la direction qu’au niveau des élèves que la célébration de cette journée de la femme a pris fin. Notons que la sensibilisation s’est déroulée dans le strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie à coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici