JIF : la DN, l’honorable Raymonde Kayi Lawson remercie le Chef de l’Etat pour sa politique en faveur de la gente féminine et invite les femmes à s’unir pour la conquête des autres droits

0
526
Spread the love

Le 8 mars 2022, le monde entier a une fois encore célébré la journée internationale des Droits de la femme. Au Togo, les femmes de tous les secteurs d’activité ne sont pas restées en marge de cette célébration. La Déléguée nationale des femmes Unir(MFU), après avoir partagé ces instants festifs avec les élèves filles du Lycée de Tokoin Solidarité a dans une intervention fait le point sur l’évolution des Droits  de la femme au Togo surtout à l’avènement du Président Faure Essozimna Gnassingbé. Elle lui a remercié pour avoir mis la femme togolaise au sein de sa politique. L’honorable députée Raymonde Kayi Lawson  a aussi relevé les efforts de leur grand parti Unir dans le respect du quota élevé de femmes sur les listes électorales. Tout en souhaitant une très bonne fête à toutes les femmes sans exception, la députée Unir du Grand Lomé  a invité  tous le monde à tourner un regard vers les femmes  qui souffrent  actuellement avant d’appeler l’ensemble des femmes à rester sereines et à ouvrer les mains dans les mains pour avancer et conquérir les autres postes qu’elles n’ont pas encore conquis.

La Déléguée nationale des femmes Unir(MFU), à l’occasion de la journée internationale des Droits des femmes a fait une importante sortie médiatique au cours de laquelle elle est revenue sur le thème choisi cette année. Selon elle, ce thème est assez révélateur car il intervient dans un contexte marqué par la pandémie à coronavirus qui a impacté négativement le monde entier.  « Le thème de cette année c’est l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable. Ça veut tout dire. Vous voyez que cette année le thème n’est pas spécifique à la femme. C’est un thème qui englobe aussi bien les hommes que les femmes. C’est-à-dire l’avenir se fait avec les hommes et les femmes. Je pense que le thème mondial de cette année a été choisi au regard de ce qui s’est passé cette année. C’est-à-dire que la pandémie à coronavirus a bouleversé les droits des femmes dans de nombreux pays, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement », fait-elle savoir.

L’honorable député  estime qu’en matière du respect des Droits de la femme, même si beaucoup reste à faire, le Togo est déjà en avance sur bon nombre de pays y compris certains pays occidentaux. Cette avance dit-elle, est l’œuvre du Chef de l’Etat à travers sa politique de promotion de la femme. Pour cela, elle n’a pas manqué de lui dire un grand merci pour cette initiative louable.

«  Nous disons un grand merci au Président de la République qui a mis la femme togolaise au sein de sa politique. Vous voyez, le Togo est en avance sur de nombreux  pays occidentaux parce que nous avons la chance au Togo d’avoir des femmes à des postes décisionnels. C’est vrai qu’il a encore à faire, mais nous sommes déjà champions en la matière. Tout ceci grâce à la politique du Président Faure Essozimna Gnassingbé. C’est vrai qu’aujourd’hui, nous ne revendiquons pas dans les rues nos droits puisque nous sommes déjà en avance.  Au Togo, à l’assemblée nationale, à chaque fois qu’une loi passe et qui concerne les hommes et les femmes, nous mettons obligatoirement un quota, une moitié pour les femmes et une moitié pour les hommes. Donc toutes les lois que nous avons fait passer depuis ces quatre dernières années passées, l’égalité est respectée, même si à l’assemblée il y a beaucoup plus d’hommes que de femmes, c’est-à-dire que les hommes sont majoritaires, ils adhèrent à ce concept. Que ce soit pour la cour constitutionnelle ou que ce soit la composition au niveau de  la commission des droits de l’homme, nous mettons en avant la parité entre hommes et femmes. Ceci est très important et nous y allons. Et chaque jour, nous y allons. Si on ne trouve pas de parité entre hommes et femmes, c’est parce qu’il y a un déficit de femmes qui correspond aux critères qui sont définis par la loi pour pouvoir occupé ces postes là », a-t-elle souligné.

La députée Unir du Grand Lomé  a salué les efforts de leur grand parti Unir, qui selon elle est le seul parti à respecter la parité femmes et hommes surtout sur les listes électorale.

«  Au niveau de notre grand parti UNIR, nous sommes très contents  puisque nous sommes le seul parti qui respecte un quota élevé de femmes sur les listes électorales. Ceci est très important car ça veut dire que ce que nous faisons au niveau du parti UNIR, c’est ce qui doit être fait au niveau du pays tout entier. Puisqu’à la tête du parti UNIR, il y a un homme qui dirige  aussi le pays et ce qu’il fait dans son parti, il veut l’appliquer aussi au niveau du pays mais ce sont les conditions sur le terrain qui ne sont pas les mêmes », a-t-elle salué.

Tout en reconnaissant les efforts faits au niveau des coins les plus reculés du pays pour promouvoir les droits de la femme et la sortir de sa précarité, l’honorable Kayi Lawson souhaite tout de même qu’un regard soit tourné vers ces femmes là qui souffrent encore parce qu’elles ne sont pas souvent reconnu.

« Les progrès sont faits à l’intérieur de nos contrées pour que ces femmes là sortent de leur quotidien. Par exemple à Pya, nous avons une femme qui est maire. Dans de nombreuses contrées il y a des femmes qui sont des maires. Alors qu’à Lomé, nous n’avons pas de femmes maires. Si dans nos villages ou dans les coins les plus reculés de la capitale, les gens ont accepté de prendre des femmes comme maires, c’est que les mentalités ont évolué et on rend grâce à Dieu pour ça. Pour cette sensibilisation qui est faite dans toutes les contrées en commençant par les chefs cantons, les hommes, les partis politiques, c’est un ensemble, c’est toute la communauté qui se mêle à cette question d’égalité-genre. Nous qui sommes en ville, sommes très attentives à ce qui se passe dans nos campagnes. Parce que c’est dans nos campagnes que la plupart de la population habite. Nous devons à chaque tourner nos regards vers ces femmes là qui souffrent parce qu’elles ne sont pas souvent reconnu. Mais chaque année, il y a des progrès qui sont faits. Cette sensibilisation est nécessaire de la part de tous », a-t-elle souhaité.

Pour finir la Déléguée nationale du MFU, l’honorable Raymonde Kayi Lawson a souhaité bonne fête à toutes les femmes sans exception. Aussi, leur a-t-elle convié à rester sereines et à travailler les mains dans les mains pour avancer et conquérir d’autres postes importants. « En cette journée, je leur souhaite une très bonne fête et ce que je souhaite particulièrement à toutes les femmes, pas seulement aux femmes de notre grand parti UNIR, c’est d’avoir un avenir serein parce que comme je l’ai déjà souligné, le coronavirus a provoqué beaucoup de dégâts  dans nos sociétés surtout au niveau des femmes. Notre souhait est que nous puissions retrouver nos droits comme c’était dans le temps et que nous puissions avancer ensemble, mains dans les mains pour conquérir les postes que nous n’avions pas encore eus parce qu’il ne suffit pas de sensibiliser les hommes, mais nous devions aussi avoir cette volonté et  cette solidarité féminine qui nous permettent d’avancer », a-t-elle conclu.

Il faut rappelé que la Déléguée nationale des femmes Unir(MFU), l’honorable députée Raymonde Kayi Lawson est engagée depuis des années aux côtés des femmes surtout des femmes vulnérables non seulement en promouvant  leurs droits, mais aussi en les soutenant moralement et financièrement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici