Sécurité de l’aviation civile dans l’espace UEMOA : des inspecteurs nationaux en formation sur la délivrance des approbations spécifiques liées au permis d’exploitation aérienne

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

La Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine, à travers le Département de l’Aménagement du Territoire Communautaire et des Transports, en collaboration avec l’Agence de l’Union Européenne pour la Sécurité Aérienne (AESA) et l’Agence Nationale de l’Aviation Civile du Togo (ANAC-Togo) organise du 14 au 18 mars 2022, à Lomé, un atelier de formation des inspecteurs nationaux des Etats membres de l’UEMOA et la Mauritanie sur la délivrance des approbations spécifiques (OPSPEC) liées au Permis d’Exploitation Aérienne (PEA).

Des inspecteurs nationaux du secteur du transport aérien l’espace UEMOA sont, du 14 au 18 mars à Lomé, en atelier de formation sur la délivrance des approbations spécifiques liées au Permis d’exploitation aérienne (PEA). La présente rencontre s’inscrit dans un processus dans lequel les Etats membres de l’UEMOA se sont solidairement engagés depuis 2002, en adoptant le programme commun du transport aérien des Etats membres de l’union, devenu Programme régional de développement du transport aérien (PRDTA) dans le cadre des réformes. Cette session de formation a pu être concrétisée grâce à l’accompagnement de la Commission de l’UEMOA et le soutien de l’Agence de l’union européenne pour la sécurité aérienne(AESA), dans le cadre du projet European Union – Africa Safety in Aviation (UE-ASA). L’objectif est de renforcer les capacités des Administrateurs de l’aviation civile (AAC) des Etats membres et la Mauritanie pour la certification des opérateurs aériens et spécifiquement, la délivrance des approbations spécifiques liées au permis d’exploitation aérienne.

Durant une semaine, a affirmé l’expert de l’AESA, Julien Adicem, les travaux de cette formation devront permettre aux inspecteurs de s’approprier des technique et procédures internationalement approuvées pour la délivrance des approbations spécifiques liées au permis d’exploitation aérienne (PEA). « Ils passeront également en revue les habituelles opérations sur le terrain, entre autres, la navigation basée sur les performances ; les vols en espace à séparation verticale minimale réduite ; l’utilisation des sacoches de vol électroniques et les vols à temps de déroulement prolongé », a fait savoir l’expert.

Le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), Col. Dokosime Gnama Latta, représentant le ministre chargé des transports, a indiqué que cette formation, au-delà du renforcement de l’expertise communautaire constitue avant tout une initiative à œuvrer tous ensemble, à l’amélioration et au maintien de la sécurité du transport aérien à son plus haut niveau. C’est  aussi une manière de fédérer les efforts, en vue de réussir l’intégration communautaire, a-t-il ajouté. « S’inscrivant dans la dynamique de réforme et de modernisation instaurée par le Programme Régional de Développement du Transport Aérien (PRDTA) au sein de l’UEMOA, le Togo s’est résolument engagé dans la voie des réformes et de la modernisation de son système de transport aérien. Depuis un certain temps, Lomé s’affirme chaque jour un peu plus comme un hub aérien au service du développement du transport aérien et de l’intégration régionale au sein de l’UEMOA », a-t-il indiqué.

Selon lui, cette contribution du Togo au renforcement de la qualité des services aériens au sein de l’Union a été possible grâce à la mise en place, l’opérationnalisation et la performance de l’ANAC-Togo ; la création et le fonctionnement de l’entité autonome d’enquêtes accidents et incidents d’aviation ; la construction de nouvelles aérogares modernes de passagers et fret à l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema de Lomé ; et la création et la mise en exploitation de la Compagnie aérienne ASKY.

blank

Pour la représentante résidente de la commission de l’UEMOA au Togo, Mme Aminata Lo, les acquis de cette formation permettront de renforcer davantage l’expertise des Etats membres à résoudre des carences liées à l’élément EC-4 (qualification du personnel technique) et par ricochet, les éléments cruciaux EC-6 (délivrance licences, brevets et approbations), EC-7 (obligation de surveillance) et EC-8 (résolution des problèmes de sécurité). Elle a exprimé sa reconnaissance à l’ANAC pour avoir accueilli cette rencontre et à l’AESA pour l’accompagnement de l’UEMOA dans la concrétisation de cette formation.

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00