Troisième réunion des ministres de la Coalition pour le Sahel : Robert Dussey : « Qui protège le Sahel, protège la région du Golfe de Guinée »

0
412
Spread the love

Le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey a participé le 9 mars 2022 à la troisième réunion des ministres de la Coalition pour le Sahel, un groupe d’Etats et d’organisations internationales qui vise à faciliter la synchronisation, la coordination et les interactions entre les différentes parties prenantes de l’action internationale venant en appui des pays du G5 Sahel. Ayant pris une part active à cette rencontre, le professeur Robert Dussey, est convaincu d’une chose : « qui protège le Sahel, protège la région du Golfe de Guinée ». Le Togo pour sa part, ne lésine jamais sur les moyens lorsqu’il s’agit de trouver des solutions aux problèmes sécuritaires dans le Sahel et sur le reste du continent africain.

Le ministre des Affaires Etrangères, de l’intégration Africaine et des Togolais de l’Extérieur, Robert Dussey a pris une part active le 9 mars 2022 à la troisième réunion des ministres de la Coalition pour le Sahel, un groupe d’Etats et d’organisations internationales qui vise à faciliter la synchronisation, la coordination et les interactions entre les différentes parties prenantes de l’action internationale venant en appui des pays du G5 Sahel. Une rencontre dont l’objectif  est de tracer de nouvelles orientations  politiques l’action de la coalition pour la zone sahélienne.

Protéger le Sahel, pour protéger le Golfe de Guinée

Pour le Togo, partie prenante de l’Initiative d’Accra et de la Coalition pour le Sahel, une action commune et concertée de l’ensemble des pays d’Afrique de l’ouest soutenus par leurs partenaires internationaux, est indispensable pour endiguer la menace terroriste dans la région sahélienne. Il s’agit aussi pour Faure Gnassingbé et son chef de la diplomatie, très actifs sur la question, notamment dans le cadre de la crise au Mali, d’éviter que l’extrémisme violent n’atteigne plus durablement les pays du golfe de guinée, alors que des attentats ont déjà été commis en Côte d’Ivoire et des incursions terroristes au nord du Bénin.

“J’ai participé à la troisième réunion de la coalition pour le Sahel. Pour le Togo. L’Initiative d’Accra doit devenir un véritable cadre de coopération sécuritaire de tous les pays ouest-africains de la région du golfe de Guinée. Qui protège le Sahel, protège la région du golfe de Guinée et pour le Togo la lutte pour la sécurité et la préservation de la stabilité des pays du golfe de Guinée est inséparable de la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Sahel”, a déclaré Robert Dussey.

Multilatéralisme pour la lutte contre le terrorisme

En rappel, l’Initiative d’Accra et la Coalition pour le Sahel, sont deux cadres de coopération multilatérale majeurs pour la lutte contre le terrorisme dans la région sahélienne. L’initiative d’Accra, lancée en septembre 2017 par le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo est un mécanisme de sécurité coopératif et collaboratif reposant sur le partage d’informations et de renseignements, la formation du personnel de sécurité et de renseignement, et la conduite d’opérations militaires conjointes transfrontalières.

Quant à la Coalition, sa constitution a été annoncée lors du sommet de Pau (France) en janvier 2020, par les chefs d’Etats de la France, du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, en présence du Secrétaire général des Nations Unies, du président du Conseil européen, du président de la Commission de l’Union africaine et de la Secrétaire générale de la Francophonie. Elle a pour objectif d’impulser une action plus forte, plus solidaire et de donner une réponse plus collective aux défis de la région sahélienne.

Des initiatives du Togo pour endiguer le fléau

Le Togo enregistre déjà des tentatives d’incursions par sa frontière Nord ne restera pas indifférent à lutte contre ce fléau. S’il est vrai qu’une opération spéciale a permis jusqu’alors de repousser les bandits armés du Sahel, il n’en demeure pas moins vrai le Togo prend aussi des initiatives pour aider les pays voisins victimes de l’extrémisme violent et du djihadisme, à ne pas succomber. Le gouvernement togolais a d’ailleurs mis en place un Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV). Les initiatives sont régulièrement prises par les membres du gouvernement en concertation avec la société civile pour sensibiliser la population. Le président de la République Faure Gnassingbé est toujours à l’avant-garde du combat. On peut donc aisément comprendre la portée des propos du professeur Dussey : « Qui protège le Sahel, protège la région du Golfe de Guinée et pour le Togo, la lutte pour la sécurité et la préservation de la stabilité des pays du Golfe de Guinée est inséparable de la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Sahel ».

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’extérieur s’exprimait ainsi à l’occasion de la 3e réunion de la Coalition pour le Sahel. « Pour le Togo, l’initiative d’Accra doit devenir un véritable cadre de coopération sécuritaire de tous les pays ouest africains de la région du Golfe de Guinée », a -t-il précisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici