JIF célébrée à la SAFER : les femmes saluent la capacité managériale du DG Sylvain Atoute Awima Outchantcha et sa politique de promotion de leurs droits

0
499
Table d'honneur, (on reconnaît au milieu), M. Sylvain Atoute Awima Outchantcha, DG de la SAFER
Spread the love

A l’instar des autres femmes, Les femmes de la Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier (SAFER) ont célébré le Vendredi 11 mars 2022 à Lomé, la journée internationale de la femme à travers une conférence-débat portant sur leur condition de travail, les évolutions enregistrées et les défis à relever. Placée sous le thème : « L’égalité de droit des agents de la SAFER au regard de la maternité, la mobilité professionnelle et les postes de responsabilité des femmes », cette rencontre a connu la présence remarquable du Directeur Général, Sylvain Atoute Awima  Outchantcha. C’est Me Berthe Ali Badjoulma, avocate au barreau de Lomé qui a entretenu ses consœurs sur le thème indiqué plus haut. La célébration de cette journée de 08 mars à la SAFER s’est déroulée dans le stricte respect des mesures barrières.

Les femmes de la Société Autonome de Financement de l’Entretien Routier (SAFER), ont célébré tout comme les autres femmes d’autres secteurs d’activité, la journée internationale des droits de la femme, le vendredi 11 mars 2022 à Lomé. Cette célébration qui a permis de mettre à l’honneur les femmes de la société, a été l’occasion pour ces dernières, d’analyser leurs conditions de travail au sein de la société et ceci à travers une conférence-débat animé par Me Berthe Ali Badjoulma, avocate au barreau de Lomé.

La conférencière dans sa communication, a éclairé les femmes de la SAFER sur leurs droits mais aussi sur leurs devoirs. Elle a aussi rappelé aux femmes le rôle qu’elles sont appelées à jouer au foyer et particulièrement dans l’éducation des enfants pour la construction d’une société durable, équilibrée. « Nous avons parlé de la maternité qui cause un problème pour les femmes concernant les horaires fixés par le législateur. Nous avons également parlé des affectations des femmes et les postes de responsabilité. Nous estimons que le combat de la femme pour la paix et pour le pain a beaucoup évolué parce que nous avons vu qu’au sein de la société, de 75 femmes en 2015, on est arrivé 230 en 2021. Mais nous devons poursuivre le combat pour avoir les postes de responsabilité que nous méritons », a-t-elle indiqué avant d’ajouter que malgré les résultats encourageants, cependant nombre de défis restent encore à relever par les femmes au sein de la société. « Je demande aux femmes de relever le défi. Elles doivent mériter les postes de responsabilité. Pour que la femme puisse sortir du lot, elle doit travailler trois fois plus que l’homme. Nous appelons donc nos sœurs à ne pas rester dans l’état de mendicité mais à travailler pour mériter les postes occupés », a-t-elle appelé.

Vue partielle des femmes de la SAFER, présentes à la célébration de ce jour

Le Directeur Général de la SAFER, M. Sylvain Atoute Awima Outchantcha qui était aux côtés des femmes de la société dont il tient la très haute responsabilité, a dans son intervention félicité le Chef de l’Etat pour toute la volonté d’épanouissement qu’il exprime à l’égard de la femme togolaise. Il a ensuite demandé à la gente féminine de sa structure de saisir cette large opportunité offerte par le Président Faure Essozimna Gnassingbé pour mériter des postes et faire valoir leur capacité dans divers domaines. Il les a exhortées à maintenir le cap d’efficacité et le service bien fait au bénéfice de leur institution et à encourager toutes les autres femmes au travail bien fait, de l’accueil aux postes de péage, de la ponctualité, du dévouement, les seuls traits caractéristiques de la femme de la SAFER. Le Directeur Général de la SAFER a par ailleurs rappelé aux femmes que le 08 mars ne pourrait pas suffire pour faire aboutir la lutte pour le droit de la femme. Cette action doit être quotidienne car le combat est permanent et couvre toute l’année. Enfin, M. Outchantcha, souhaite que toutes les femmes émancipées mènent ce combat au profit de celles qui ignorent encore leurs droits.

Au nombre de soixante-quinze (75) en 2015, les femmes ont vu leur nombre augmenté pour atteindre en 2021 deux cents trente (230).  Aux postes de responsabilité, elles sont au nombre de trois (3) cheffes sections, une (1) cheffe service, vingt (20) CE et soixante-quinze (75) régisseurs. Et sur les douze (12) postes de péage, au moins quatre (4) sont dirigées par des femmes.

Photo de famille

Des avancées notoires que salue, Mme Sama Kondokissem Hodalo, cheffe service exploitation des postes de péage et de pesage, responsable d’organisation de l’évènement et porte-parole des femmes de la SAFER. Elle a au nom de ses collègues, témoigné sa gratitude au DG Outchantcha, qui sur orientations du Chef de l’État a mis la femme au centre de ses préoccupations. « Nous tenons à témoigner notre reconnaissance à notre Directeur Général, M. Outchantcha Awima Atoute, pour son dynamisme, sa disponibilité et pour sa capacité managériale en vue de mener cette institution vers des lendemains meilleurs. Nous voulons par la même occasion le remercier pour sa politique de promotion de la femme à travers les différentes nominations des femmes aux postes de responsabilité », s’est-elle réjouie.

Mme Sama Kondokissem Hodalo, cheffe service exploitation des postes de péage et pesage(2ème à partir de la gauche avec un papier en main)

Cette célébration qui a pris fin dans une ambiance festive s’est déroulée dans le strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie à coronavirus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici