Célébration de la journée internationale des droits de la femme : l’AAVOED sensibilise les femmes sur leur rôle dans la préservation de l’environnement

0
408
Spread the love

Chaque 08 mars, le monde entier célèbre la journée internationale des Droits de la femme. Cette année, le thème retenu est, « l’égalité aujourd’hui pour un avenir durable ». Au Togo, les femmes des différents secteurs d’activité ont célébré cette journée. L’Association Aide et Action à la Veuve, à l’Orphelin et à l’enfant Déshérité (AAVOED) quant à elle a marqué cet événement en différé le 2 avril 2022, à Lomé, à travers une conférence-débat autour du thème, « Le rôle de la femme dans la protection de l’environnement pour un monde égalitaire ». Cette causerie débat présidée par le représentant de la ministre en charge de la Promotion de la Femme, M Awadé Kiléou a été animée par Mme Broohm Déby, cheffe division installations classées et substances dangereuses au ministère de l’Environnement et des Ressources forestières en présence de la présidente de l’AAVOED, Me Kadjaka-Abougnima Molgah Françoise.

L’Association Aide et action à la veuve, à l’orphelin et à l’enfant déshérité (AAVOED), a célébré en différé la Journée internationale des droits de la femme, le samedi 2 avril à Lomé, à travers une causerie-débat sur le thème « Rôle de la femme dans la protection de l’environnement ».

La causerie-débat a été présidée par le représentant de la ministre en charge de la Promotion de la Femme, M Awadé Kiléou Kokou. Elle a été animée par Mme Broohm Déby, cheffe division installations classées et substances dangereuses au ministère de l’Environnement et des Ressources forestières. La rencontre a été l’occasion de sensibiliser les femmes non seulement sur le thème retenu mais aussi sur celui de la Journée Internationale des droits de la femme à savoir « L’Égalité aujourd’hui pour un monde durable ».

La présentatrice a d’abord fait savoir que le thème « L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable », a été choisi en reconnaissance de la contribution des femmes et des filles du monde entier qui mènent l’offensive en ce qui concerne l’adaptation et la réponse aux changements climatiques et leur atténuation, en vue de la construction d’un avenir plus durable. Sur le thème de la causerie débat, elle a défini d’abord les concepts dégradations de l’environnement et changements climatiques avant d’aborder les causes, les conséquences et surtout l’implication des femmes dans la protection de l’environnement. Mme Broohm a relevé certains actes qui vont à l’encontre de la protection de l’environnement, notamment la déforestation, la coupe abusive des bois, les feux de brousses, la carbonisation, l’élevage intensif, et le braconnage. En termes d’implication des femmes dans la gestion de l’environnement, l’oratrice a évoqué l’adoption des modes de production et de consommation durable. Elle a pris le cas du charbon de bois qui doit être utilisé avec modération pour diminuer la consommation en charbon, notamment à travers les foyers améliorés. Mme Broohm a insisté sur la sensibilisation et l’éducation des femmes sur la protection de l’environnement et la nécessité pour les femmes sensibilisées de diffuser les informations reçues autour d’elles.

 

Pour Mme Broohm, les femmes ont un rôle important à jouer dans la préservation de l’environnement, des ressources naturelles et dans la promotion du développement durable. « Elles sont également très impliquées dans les différentes activités de production de ces ressources. La quête de subvention aux besoins de son ménage induit une grande consommation de ressources naturelles qui dégradent son environnement. Il est important donc que chacune d’elle prenne conscience des conséquences de la dégradation de l’écosystème et agisse au plus vite pour sa préservation. Il convient de les inviter à un changement de comportement et à une gestion responsable de l’environnement », a ajouté l’oratrice.

La présidente de l’AAVOED, Me Kadjaka-Abougnima Molgah Françoise a expliqué que la préservation de l’environnement étant un sujet crucial pour la santé et l’environnement dans lequel vivent les gens, son association a choisi de mener des réflexions pour une meilleure implication de la femme dans la gestion quotidienne de son environnement. Elle a ajouté que la dégradation de l’environnement, notamment la pollution atmosphérique, la déforestation, le réchauffement climatique de la planète, sont souvent l’effet d’une multiplicité d’actions individuelles anodines, mais globalement nocives qu’il faut identifier et éradiquer.

Le représentant de la ministre en charge de la Promotion de la Femme, M. Awadé Kiléou Kokou a salué cette initiative d’AAVOED, une association qui œuvre pour le bienêtre des personnes déshéritées. Il a réitéré l’engagement du gouvernement à soutenir les couches vulnérables, notamment les veuves et orphelins pour leur épanouissement et pour accroître leur résilience face aux effets des changements climatiques.

Pour mémoire, que l’Association Aide et Action à la Veuve, à l’Orphelin et à l’Enfant Déshérité (AAVOED), a, à son actif plusieurs autres initiatives menées dans le cadre de la protection de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques. Des ateliers de formation pratique en agro écologie, en énergies renouvelables et des campagnes de reboisement ont été organisés notamment à l’endroit des femmes.

                                                                                                            Avec ATOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici