Lutte contre la corruption et les infractions assimilées : la version améliorée du document élaboré par la HAPLUCIA soumis à l’appréciation du comité de pilotage

0
328
Spread the love

Le Togo disposera bientôt d’un guide pour mieux asseoir sa stratégie de lutte contre la corruption. La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a présenté le rapport provisoire sur l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées au Togo au comité de pilotage, le lundi 11 avril à Lomé. Cette rencontre est une suite du processus d’élaboration de cette stratégie lancée le 21 mai 2021. L’objectif est de soumettre ce rapport au comité de pilotage de ladite stratégie pour son appréciation, en vue de sa validation prochaine.

La Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA) a organisé ce 11 avril 2022, à Lomé, un atelier de présentation du rapport provisoire de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées au comité de pilotage. Cette rencontre, dernière étape de l’élaboration de la stratégie nationale, vise à finaliser la version provisoire afin qu’elle puisse être adoptée par le gouvernement. Il s’agit aussi d’élaborer le dispositif d’évaluation et de mieux s’approprier la stratégie pour sa mise en œuvre. Dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, le comité de planification stratégique de la HAPLUCIA a proposé les outils de mise en œuvre, un cadre de performance et un plan quinquennal (2022-2027) budgétisé de ladite stratégie.

Ces trois activités que le comité de planification a réalisées ont été soumis à l’appréciation du comité de pilotage, afin que les membres dudit comité puissent s’approprier la stratégie pour sa mise en œuvre. Cette stratégie prend en compte les forces et les faiblesses de la HAPLUCIA pour lui permettre de jouer effectivement son rôle de chef de file des institutions nationales de lutte contre la corruption et les infractions assimilées. Elle va permettre à la haute autorité d’asseoir une lutte nationale selon les standards internationaux et régionaux. La stratégie aidera l’institution à examiner ses contextes internes et externes, à faire des projections dans l’avenir et à déterminer les stratégies lui permettant de concrétiser sa vision et sa mission. Le document est divisé en quatre piliers à savoir : des mesures préventives, des incriminations, des agences anticorruptions et une coopération forte. Il met l’accent également sur les activités de reddition des comptes, les conséquences de la corruption et l’urgence à agir pour éradiquer ce cancer des économies pour le développement du Togo.

Selon Cissé Sada Ly, Consultant international pour l’élaboration de la stratégie, le Comité de pilotage est dans sa phase opérationnelle de l’élaboration de la stratégie nationale de lutte contre la corruption et les infractions assimilées. « Nous sommes actuellement dans la phase de la planification opérationnelle.  Qui dit phase opérationnelle pense au plan d’action parce qu’une fois que la stratégie est adoptée, on doit élaborer un plan d’action quinquennal pour les cinq à venir 2021 à 2026. Ce plan d’action fera sortir un certain nombre d’activités que le gouvernement mettra en place pour permettre au pays de réduire de manière drastique la corruption et les infractions assimilées. Aussi, on va mesurer la performance par certains indicateurs pour voir la performance du Togo au niveau international dans le cadre de la lutte contre la corruption. Nous sommes donc là pour nous situer des résultats des travaux que nous avons fait pendant 07 jours à Kpalimè dans le cadre de l’élaboration de la stratégie » a-t-il précisé.  Pour lui, ce plan permettra également au Togo de mesurer sa performance grâce aux outils élaborés et d’étudier certains indicateurs pour voir l’évolution du pays sur le plan international dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Il a indiqué qu’un cadre organisationnel est aussi mis en place pour suivre la mise en œuvre de cette stratégie. « Il y aura un comité technique national qui sera piloté par le président de la République ou son Premier ministre et l’ensemble des structures qui œuvrent dans le cadre de la lutte contre la corruption, notamment les ministères stratégiques pour le contrôle. Dans ce comité national, il y a un secrétariat technique qui sera logé à HAPLUCIA et qui permettra de faire le suivi quotidien des activités du plan stratégique de cette lutte ».

Elaborée sur la base des enseignements tirés de l’exécution des programmes et différents ateliers, cette stratégie s’attelle à définir les valeurs fondamentales sur la base desquelles l’institution entend améliorer son fonctionnement, accroitre son impact, renforcer ses relations et lutter contre le fléau de la corruption.

Le président de HAPLUCIA, Wiyao Essohanam a affirmé que cette rencontre est la dernière étape de l’élaboration de cette stratégie nationale de lutte contre la corruption. Il a remercié tous les acteurs qui œuvrent inlassablement pour la lutte contre la corruption dans le pays.

« Il était question à Kpalimè de proposer les outils de pilotage de mise en œuvre de notre stratégie. Le Comité de planification a identifié et proposer un comité national de pilotage qui sera appuyé par un Secrétariat technique. L’autre volet est celui de l’inventaire de ce que nous pouvons faire pour réussir la mise en œuvre de la stratégie. Le Comité de planification a proposé un cadre de performance. Enfin, le Comité a suggéré un plan quinquennal d’action budgétisé. Ce sont ces trois outils que nous soumettons aujourd’hui à l’appréciation du Comité national de pilotage » a- t-il indiqué avant d’ajouter, « les secteurs menacés par la corruption sont identifiés, les organes de lutte sont là. Donc, on a validé le diagnostic pour ressortir les faiblesses des organes de lutte contre la corruption. Ce que nous devons faire maintenant pour renforcer leurs activités, leurs actions, c’est ce que nous sommes en train de faire. Les textes qui doivent être adoptés pour renforcer le cadre juridique, c’est ce que nous sommes en train d’adopter. Et après, quand ça sera mis en œuvre, cela aura certainement une incidence sur le fléau de la corruption. Ça va réduire le fléau de la corruption au Togo », a-t-il souligné.

La stratégie nationale de lutte contre la corruption et les infractions assimilées qui est à sa dernière étape va inéluctablement réduire de façon significative la corruption et les infractions assimilées au Togo. Le Comité de pilotage a en outre proposé la mise en place d’un cadre organisationnel qui permettra de suivre la mise en œuvre de cette stratégie. Ce cadre organisationnel ira au Comité technique national qui sera piloté par le Président de la République ou le Premier Ministre et l’ensemble des structures qui œuvrent dans la lutte contre la corruption.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici