Lancement à Kara de la campagne de production du coton 2022-2023 : l’amélioration des performances au menu des échanges

0
369
Spread the love

Les acteurs de la production cotonnière venus de toutes les régions du pays ont pris part, les 19 et 20 mai à Kara, à une réunion de concertation sur l’amélioration des performances de la filière. Axés sous le thème, « Pour le réveil de la filière coton du Togo » les travaux qui ont été ouverts par le préfet de la Kozah, le colonel BAKALI Hèmou Badibawou, ont été clôturés par le Directeur du cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural, Dindiogue Kolani.

Le Palais des congrès de Kara a abrité les 19 et 20 Mai 2022, une réunion de concertation des acteurs de la filière cotonnière pour la préparation et le lancement de la campagne de production cotonnière 2022-2023. Placé sous le thème, « Pour le réveil de la filière coton du Togo » la rencontre est co-initiée par la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) et le Conseil d’Administration de la Fédération Nationale des Groupements de producteurs de Coton (FNGPC). Pendant deux jours les acteurs venus de toutes les régions du pays ont entre autres fait le bilan de la campagne de production cotonnière 2021-2022 et celui de la campagne de collecte d’évacuation et d’égrenage 2021-2022. Ils ont également dans l’ensemble réfléchi sur les nouvelles stratégies pour réveiller la filière cotonnière. Des mesures incitatives ont donc été prises pour encourager les cotonculteurs dans la production du coton.

Elle a permis de faire le point sur les dispositions à mettre en place pour améliorer les performances de la filière durant la campagne 2022/2023. Il s’est agi de faire une évaluation de la campagne de production et d’égrenage de 2021/2022, d’échanger sur les résultats obtenus, de faire le programme 2022/2023 de la recherche cotonnière, puis de prendre des dispositions pratiques pour la préparation, le lancement et la gestion de la nouvelle saison cotonnière. Il était également question de partager le plan d’action et le chronogramme adoptés par la NSCT et la FNGPC pour la campagne 2022/2023.

Les participants ont suivi la présentation et l’analyse des résultats de la campagne de production cotonnière de 2021/2022, du bilan de la campagne de collecte, d’évacuation et d’égrenage 2021/2022. Le point sur la qualité du coton produit et la commercialisation de la fibre et des graines leur a été également fait. Ils ont également pris connaissance de la situation des ventes des produits finis ; du programme des acteurs pour un accompagnement de la filière pour la gestion de la campagne à venir et l’amélioration des performances.

Les résultats des deux dernières campagnes cotonnières

Il ressort que malgré les aléas climatiques et les pesanteurs liées à l’environnement créés par la Covid-19, la campagne 2020/2021 a enregistré 67.185 tonnes de coton graine pour une emblavure de 100.050 ha avec un rendement de 672 kg/ha tandis que celle 2021/2022 s’est achevée avec une production d’environ 52.000 tonnes de coton graine sur une superficie de 68.708 ha. Le prix d’achat de coton graine a été porté pour le compte de la campagne 2021/2022 à 254 Fcfa le kilo, contre 225 Fcfa de 2020/2021. Il y a également eu une baisse de 32% de l’effectif des producteurs (111.453 à 69.255) traduisant une démotivation des membres pour la production du coton.

Des actions pour la relance de la production cotonnière

Le préfet de la Kozah Col. Bakali Hèmou Badibawu a salué la tenue de cette réunion qui permet aux acteurs de fédérer leurs énergies pour la production de l’or blanc.  Pour lui, c’est une occasion pour ces acteurs de réfléchir sur les défis à relever et les perspectives à envisager pour la modernisation de la filière coton dans l’économie nationale. Le préfet a exhorté les cotonculteurs à rester dans la dynamique de l’atteinte des objectifs stratégiques du Plan national de développement.

Le directeur général de la NSCT, Martin Drevon a souligné que le réveil de la filière coton au Togo va s’orienter sur deux axes principaux. La première porte sur la définition du meilleur prix du coton et le maintien de celui des intrants. Le second consiste à augmenter les rendements en mettant à la disposition des cotonculteurs de meilleures semences bien plus performantes et plus adaptées. M. Drevon a rassuré que la NSCT sera aux côtés des producteurs de l’or blanc pour booster leur productivité. Il les a invités à utiliser à bon escient les intrants mis à leur disposition à crédit et à respecter les périodes de traitement afin de valoriser le produit et augmenter leur revenu.

Le président de la FNGPC, Kouroufèï Koussouwè a rappelé que l’objectif de sa fédération est de produire 225.000 tonnes de coton graine pour un rendement de 1.100kg/ha à l’horizon 2025. Il a souligné que c’est la petitesse de la production du coton de la dernière campagne et le prix non attrayant du kilogramme qui a engendré la démotivation des membres de la fédération. M. Kouroufèi a souhaité que des reformes soient faites pour encourager les producteurs qui ont abandonné à se relancer pour bénéficier de tous les atouts inhérents à la culture cotonnière. « Avec la petitesse du coton de la campagne dernière, il y avait la démotivation parce que le prix n’était pas attrayant. Voyant le prix de cette campagne qui est passé de 254F à 300F et avec le prix des intrants également, j’ai l’espoir que beaucoup de nos producteurs qui ont abandonné la production du coton vont revenir », a-t-il affirmé avant d’ajouter, « la NSCT mettra aussi au profit des producteurs du coton l’engrais vivrier à crédit », a-t-il ajouté.

Le président du conseil d’administration de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), Simfeitcheou Pré estime que les engagements pris en termes de production sont ambitieux mais sont à la portée des cotonculteurs étant donné qu’ils l’ont déjà fait par le passé. Il les a exhortés à se battre pour préserver les acquis de la filière.

En clôturant les travaux, le Directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural, Dindiogue Kolani a souligné que les actions à mener contenues dans  les conclusions et les recommandations de cette réunion viennent à point nommé pour poser les bases durables d’une relance de la culture du coton dans le pays. Il a remercié chacun et chacune pour les échanges fructueux et l’expertise qu’ils ont su apporter pour aboutir à ces conclusions. Aussi, a-t-il félicité tous les acteurs qui œuvrent de mieux en mieux pour la cause de la filière cotonnière, un des leviers du développement national.

                                                                                        Afriquemedia.info avec Atop

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici