Dankpen : les natifs du grand-Bassar ont célébré la 58è édition de leur fête traditionnelle D’Pontre/N’Nidak en présence du Premier ministre

0
567
Spread the love

Après une suspension de deux ans en raison de la pandémie du coronavirus, les peuples du grand Bassar regroupant les natifs des préfectures de Bassar et de Dankpen ont renoué avec leur fête traditionnelle D’Pontre-N’Nidac ou la fêtes des ignames. L’apothéose a eu lieu dans la préfecture de Dankpen le Samedi 03 Septembre 2022 en présence du Premier ministre Victoire Tomegah-Dogbé, représentante du chef de l’Etat, des membres du gouvernement, dont le ministre en charge de la culture, Kossi Gbégnon Lamadokou de la 2è vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Ibrahima Mémounatou, des autorités administratives et traditionnelles, des cadres et natifs des deux milieux et des invités. Les Bassar et Konkomba de la diaspora étaient aussi fortement présents. Placée cette année sous le thème : « D’Pontre N’Nidak, facteur de cohésion socio-économique et de développement culturel », cette fête de retrouvailles est célébrée chaque 1er Samedi du mois de Septembre et l’apothéose se déroule de façon rotative entre les deux chefs-lieux de préfecture.

Les peuples du grand Bassar regroupant les natifs des préfectures de Bassar et de Dankpen ont célébré le Samedi 03 Septembre 2022 leur fête traditionnelle D’Pontre-N’Nidac ou la fêtes des ignames. C’est la préfecture de Dankpen qui a abrité les festivités marquant l’apothéose de la célébration de la nouvelle igname. En effet, cette fête de retrouvailles est célébrée chaque 1er Samedi du mois de Septembre et l’apothéose se déroule de façon rotative entre les deux chefs-lieux de préfecture.

Cette fête est placée cette année sous le thème : « D’Pontre N’Nidak, facteur de cohésion socio-économique et de développement culturel ». Elle permet aux filles et fils du grand Bassar de se retrouver pour réaffirmer les valeurs culturelles et identitaires. C’est un témoignage de la reconnaissance du peuple Bassar et Konkomba aux divinités qui ont favorisé la bonne saison agricole.

La célébration s’est déroulée en présence du Premier ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé, représentante du chef de l’Etat, des membres du gouvernement, de la 2è vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Ibrahima Mémounatou, des autorités administratives et traditionnelles, des cadres et natifs des deux milieux et des invités. Les Bassar et Konkomba de la diaspora étaient aussi fortement présents.

La manifestation a été marquée par la dégustation des mets faits à base de la nouvelle igname et les prestations des différents groupes folkloriques tels que « K’natchim », « T’bol » ou danse du feu, « Kourgnima », danse des jeunes filles Bassar.

Cette fête d’essence agraire et à vocation spirituel est un instant solennel, convivial et festif qui permet de revisiter l’identité culturelle de ces deux peuples à travers la consommation de l’igname autour d’une célébration. Elle est l’occasion annuelle de requérir l’autorisation des divinités pour goûter à la nouvelle igname, principalement le Labako, spécialité du milieu.

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Dr Kossi Lamadokou a félicité le peuple Bassar et Konkomba pour l’organisation de cette fête après 2 ans d’interruption due à la COVID-19. Il a indiqué que la célébration de D’Pontre/N’nidak est un vibrant témoignage de l’union entre les Konkomba et les Bassar. Pour lui, au-delà des réjouissances populaires, elle est l’occasion annuelle de recueillir l’autorisation des divinités pour gouter à la nouvelle igname d’où l’expression D’Pontre-N’Nidak. « Le thème de cette année nous interpelle parce qu’il allie la célébration à la culture, véritable socle du développement », a-t-il ajouté. Ce thème selon le ministre, s’inscrit également dans la vision du chef de l’Etat de faire de la culture la sève du développement endogène. « D’Pontre-N’Nidac ou fête des ignames, au-delà des réjouissances populaires, est l’occasion annuelle de recueillir l’autorisation des divinités pour goûter à la nouvelle igname. Le thème retenu s’inscrit fortement dans la vision du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbe de faire de la culture la sève du développement endogène », a-t-il souligné avant d’ajouter, « l’igname, tubercule dont le pays Bassar est le principal pourvoyeur du Togo, est reconnue et très prisée partout, particulièrement la variété Labako qui traverse même les frontières de notre pays et même l’océan Atlantique vers des contrées plus lointaines. Soyez fiers de cette identité en maintenant la symbiose entre la nature et l’homme afin qu’à travers ce patrimoine vous puissiez conquérir le monde entier. », a indiqué le Ministre de la culture et du tourisme, Kossi Lamadokou.

Le ministre a, à l’occasion, fait cas du terrorisme qui sévit actuellement dans la sous-région ouest africaine et menace la partie nord du territoire togolais. Il a donc appelé la population du grand Bassar à la vigilance. Le ministre Lamadokou a invité les deux peuples à renforcer davantage leur unité, leur fraternité et leur solidarité pour le développement de leur milieu.

Le chef du canton de Guérin-Kouka, Tcharé Kidissile et le secrétaire du comité d’organisation, Bonfoh Nouhoum ont expliqué que D’Pontre /N’nidak qui signifie goûter à la nouvelle igname est célébré chaque premier samedi du mois de septembre de façon rotative entre Bassar et Guérin-Kouka. « « D’Pontre-N’Nidac est un rendez-vous culturel, un moment de recueillement et de réflexion sur les problèmes spécifiques aux peuples Bassar et Konkomba. C’est d’ailleurs le contenu du thème de cette édition : « D’Pontre-N’Nidac, facteur de cohésion socio-économique et de développement culturel », ont-ils ajouté. Selon eux, cette fête permet également aux étrangers de découvrir l’économie, le climat, la valeur traditionnelle, le vécu quotidien et les sites touristiques de cette région. Ils ont relevé l’importance du thème de la célébration dont la pertinence suscite des réflexions profondes et riches pour les perspectives du Grand-Bassar.

Le porte-parole des populations du Grand Bassar, Nadjo N’ladon a témoigné les reconnaissances des deux peuples au chef de l’Etat pour son souci majeur au développement tous azimuts dans leur milieu, en témoigne les différentes réalisations faites dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’économie, du social, de l’assainissement, de l’eau potable, de l’électricité et surtout des infrastructures routières. Il a, par ailleurs, réaffirmé l’attachement du peuple Bassar et Konkomba à la politique de développement du chef de l’Etat et également dans sa lutte permanente contre les violences terroristes dans le pays.

« J’ai pris part samedi dernier à la célébration de la fête D’Pontr/N’Dack avec nos frères Bassar et Konkomba. L’occasion de célébrer le labeur, rendre grâces pour les récoltes et perpétuer les traditions. J’ai plus été particulièrement impressionnée par la diversité culturelle et la belle cohésion existant entre les peuples.  J’ai saisi l’occasion de cette manifestation à Guerin Kouka pour constater l’avancement des travaux de la route sokode-bassar, puis d’échanger avec les femmes bénéficiaires des transferts monétaires digitalisés (FAFSB)/novissi. Ces initiatives viennent en réponse aux besoins des populations pour l’accès aux infrastructures de connectivité, et aux services sociaux de base », a déclaré sur sa page Facebook, le Premier ministre, Mme Victoire Tomégah-Dogbé, représente du chef de l’Etat à cette fête.

Cette 58è édition de D’Pontre/N’Nidak a été aussi marquée par une foire agricole à Guérin-Kouka et une autre commerciale à Bassar.

 

La prestation des différents groupes folkloriques et la dégustation de la nouvelle igname ont été les temps forts de cette célébration.  Rendez-vous est pris pour 2023 à Bassar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici