Célébration de la 37ème journée du CILSS : Le Togo joue sa partition à travers une conférence-débat

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

Chaque 12 septembre est célébré la journée du CILSS dans les États membres du Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahara et Afrique de l’ouest (CILSS). Au Togo, le ministère en charge de l’agriculture en collaboration avec le comité national du CILSS a organisé une conférence débat ce lundi 12 septembre à Lomé autour du thème « Élevage et insécurité civile au Sahel et en Afrique de l’Ouest ». Cette rencontre vise à renforcer le plaidoyer auprès des décideurs et de tous les acteurs clés pour un engagement plus soutenu afin de relever les défis de développement auxquels l’élevage et le pastoralisme sont confrontées au Sahel et en Afrique de l’ouest dans un contexte de crise sécuritaire.

Près de 80% de la population rurale dépend partiellement ou totalement de leurs animaux ou leur subsistance en Afrique. Sur le plan économique, le secteur de l’élevage contribue en moyenne à 15% du PIB des États et environ 25% de PIB agricole de la région Ouest africaine. Conscients de cette importance du secteur dans l’économie régionale, les Etats membres de l’espace communautaire à travers la commission de la CEDEAO ont adopté une directive régionale assortie de règlement, l’élaboration d’un plan d’action pour le développement de l’élevage. Pour traduire ces orientations politiques, le CILSS sous la coordination de la Commission de la CEDEAO, de l’UEMOA avec l’appui de la Banque mondiale et de l’Union Européenne met en œuvre plusieurs projets.

blank

« Le thème de cette 37ème édition est d’actualité est d’actualité et bien approprié. Il constitue une contribution au plaidoyer et une interpellation à tous les acteurs clés, les décideurs politiques, les partenaires au développement, les acteurs étatiques et non-étatiques des pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest pour un engagement plus soutenu pour relever les défis de développement auxquels l’élevage et le pastoralisme sont confrontés au Sahel et en Afrique de l’Ouest », a indiqué M. Kokou OTCHOTCHO, secrétaire permanent du ConaCILSS Togo.

Selon lui, cette journée commémorative constitue une opportunité d’approfondir la réflexion sur le sujet et d’apporter des contributions dans la recherche de solutions, mais surtout de jeter les bases d’une réflexion prospective sur le devenir de nos systèmes d’élevage dans ce contexte en pleine mutation.

blank

Des mécanismes et des dispositifs régionaux existent pour encadrer la filière agropastorale et contribuer à une mobilité transfrontalière du bétail apaisée. Au Togo, le gouvernement a élaboré un plan de gestion de la transhumance qui définit les conditions de la mobilité du bétail et la vision du pays à un horizon défini.

« Dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route gouvernementale Togo 2025, le ministère a pris l’engagement d’améliorer la productivité animale à travers la sécurisation des zones de pâturage, l’élaboration d’un plan de développement de l’élevage et la lutte contre les épizooties majeures », a précisé Dr Dindiogue KONLANI, Directeur de cabinet du ministère de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural.

Face à l’insécurité civile provoquée par l’élevage, le Togo a élaboré un plan stratégique de développement durable de l’élevage qui met en place les zones d’aménagement de la production bovine dans lesquelles les animaux seront pacqués au niveau de chaque région“, a-t-il précisé.

blank

Dr Dindiogue KONLANI, Directeur de cabinet du ministère de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural

Selon lui, de grands espaces seront aménagés dans les préfectures pour la production fourragère, laitière pour éviter l’élevage extensif afin de réduire l’insécurité liée à l’élevage.

blank

Créé le 12 septembre 1973, le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS regroupe treize (13) États membres dont : 8 États côtiers (Bénin, Côte d’ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal, Togo) ; 4 États enclavés (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad) et 1 État insulaire (Cap Vert). Le mandat du CILSS est de s’investir dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse et de la désertification, pour un nouvel équilibre écologique au Sahel.

                                                                                                            Anderson AKUE

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00