CAP VERT : IBRAHIMA Mémounatou préside les travaux d’une réunion du parlement de la CEDEAO sur développement et stabilité en Afrique de l’Ouest

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

Le parlement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tient une réunion délocalisée depuis le mercredi 13 septembre à Praia, dans la capitale du Cap Vert. Cette rencontre de 5 jours consacrée à la tolérance et la concorde religieuses comme facteurs essentiels de développement, de paix et de stabilité dans l’espace CEDEAO a été présidée par Ibrahima Mémounatou, 2ème Vice-présidente de l’assemblée nationale togolaise et 3ème vice-Présidente du parlement de la Communauté et représentant personnellement le Président du Parlement de la CEDEAO, l’Honorable Sidie Mohamed Tunis.

La rencontre regroupe les membres de trois des quatorze Commissions permanentes du Parlement à savoir les Commissions Education, Science et Culture / Santé /Télécommunications et Technologie de l’information, constituées en une Commission mixte.  Elle a permis d’assoir un espace réunissant aussi des leaders d’opinion destiné à accueillir des propositions pratiques en vue de prévenir et de juguler les troubles, l’insécurité et l’instabilité dans l’espace CEDEAO et plus particulièrement au Sahel. L’objectif principal de cette réunion délocalisée dans la capitale capverdienne est de créer une plate-forme d’échange d’expériences notamment entre parlementaires, autorités religieuses et chefs traditionnels de l’espace ouest africain sur les questions de paix et de réconciliation au Sahel.

Les travaux ont été ouverts par l’honorable Ibrahima Mémounatou, 2ème vice-présidente de l’Assemblée nationale togolaise, 3ème vice-Présidente du parlement de la Communauté et représentant personnellement le Président du Parlement de la CEDEAO, l’Honorable Sidie Mohamed TUNIS.

blank

Au cours des travaux les participants suivront des communications entre autres sur la politique de la CEDEAO contre l’extrémisme violent, le rôle des technologies de l’information et de la communication dans la lutte contre l’extrémisme violent ou encore une séance d’interaction avec des hommes de pensée et de culture, notamment sur les méthodes pour contrer la propagande des sectes extrémistes pour attirer et recruter des jeunes et autres groupes vulnérables.

Il est question ici de mettre à contribution les parlementaires, les autorités religieuses et chefs traditionnels afin que le développement, la paix et la stabilité deviennent le sujet favori auquel tous s’adonnent dans l’espace communautaire. Les technologies de l’information et de la communication sont également invitées dans les échanges pour une lutte efficace contre l’extrémisme violent. Dans ce contexte d’insécurité, les TIC constituent des moyens privilégiés pour outiller les jeunes afin qu’ils échappent à la propagande des groupes extrémistes susceptibles de les attirer et les recruter.

Des mécanismes de prévention et d’alerte de l’extrémisme violent ont été identifiés en vue de la définition des valeurs religieuses et de la contribution des leaders religieux à la promotion et la préservation de la paix et de la stabilité.

blank

L’honorable, Ibrahima Mémounatou, 2ème Vice-présidente de l’assemblée nationale togolaise et 3ème vice-Présidente du parlement de la Communauté, lors de ouvrant les travaux

L’honorable Ibrahima Mémounatou, 2ème vice-présidente de l’Assemblée nationale togolaise et 3ème vice-présidente du parlement de la CEDEAO, a exhorté les dirigeants des différentes religions ainsi que ses collègues à être tous des ambassadeurs pour la paix et l’harmonie dans la sous-région. « Pour garder allumée la lumière du thème de la réunion, nous devons montrer notre engagement à prier pour la paix et l’harmonie dans la région et au-delà. Il ne doit plus être question de l’un contre l’autre, mais de l’un à côté de l’autre. Cette réunion ne devrait pas rester un évènement isolé. En tant que parlementaires, nous devrions nous impliquer dans le dialogue pour la paix ensemble avec les religieux et les coutumiers », a -t-elle indiqué.

Trois des quatorze Commissions permanentes du Parlement à savoir les Commissions Education, Science et Culture ; Santé ; Télécommunications et Technologie de l’information ont participé à cette réunion. Le parlement de la CEDEAO est composé de 115 sièges et garantit à chaque Etat membre un minimum de 5 sièges. Le Togo y est représenté par les députés Ibrahima Mémounatou, 3ème vice-présidente de l’institution, Séna Alipui, Patrick Bolouvi, Nahou Kounou Agbandao et Senou Soklingbé.

blank

Pour rappel, le Parlement de la CEDEAO compte 115 sièges. Chaque Etat membre dispose d’un minimum de cinq sièges. Les quarante sièges restants sont répartis au prorata de la population de chaque pays.

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00