Deuxième session extraordinaire 2022 du parlement de la CEDEAO : les parlementaires explorent des voies pour de nouveaux mécanismes de renforcement des prérogatives de leur institution

0
378
Spread the love

Les parlementaires de la CEDEAO sont en un séminaire de deux jours du 29 au 30 septembre 2022 à Lomé. Cette rencontre placée sous le thème, « L’application de l’acte additionnel relatif au renforcement des prérogatives du Parlement dans le cadre de la restructuration de la Commission de la CEDEAO », se tient en prélude à la deuxième session extraordinaire du parlement de la CEDEAO. Cette vise à explorer et discuter de l’approche du Parlement sur la nouvelle restructuration administrative de la Commission de la CEDEAO, conformément à son mandat dans le contexte de l’Acte additionnel. Les travaux sont présidés par le président du parlement de la CEDEAO, Dr. Sidie Mohamed Tunis en présence de Ibrahima Mémounatou, 3è vice-présidente du parlement de la CEDEAO.

Un séminaire du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se tient du 29 au 30 septembre à Lomé. Ce séminaire est organisé en prélude à la deuxième session extraordinaire 2022 dudit parlement qui se tiendra du 3 au 8 octobre prochain à Lomé. Il est placé sous le thème : « Application de l’acte additionnel relatif au renforcement des prérogatives du parlement dans le cadre de la restructuration de la Commission de la CEDEAO ».

Cette rencontre a permis aux députés d’explorer et de discuter de l’approche du parlement sur la nouvelle restructuration administrative de la Commission de la CEDEAO, conformément à son mandat dans le contexte de l’acte additionnel. Elle a été meublée par quatre communications. Il s’agit, entre autres, de « Opérationnalisation des nouvelles réformes institutionnelles de la Commission de la CEDEAO : les implications sur le mandat du Parlement et la coopération interinstitutionnelle » ; « Exercice du pouvoir parlementaire dans des domaines tels que l’avis simple et l’avis conforme du Parlement (Articles 8 à 14), les commissions d’enquête parlementaire et la médiation (Articles 7d et 41) » ; « Rôle du Parlement de la CEDEAO dans la démocratisation du processus d’intégration régionale conformément à ses pouvoirs en vertu de l’Acte Additionnel ».

L’ouverture de ce séminaire a été faite par Dr Sidie Mohamed Tunis, président du Parlement de la CEDEAO en présence de Ibrahima Mémounatou, 3è vice-présidente du parlement de la CEDEAO.

Dans son allocution de circonstance, Dr Tunis, a rendu hommage aux pères fondateurs de l’institution sous régionale (CEDEAO) notamment les feux présidents Gnassingbé Eyadema et Yakubu Gowon et rappelé la création du Parlement communautaire qui remonte à l’an 2000.  Aussi, a-t-il précisé l’objet de ce séminaire qui vise à permettre aux parlementaires de mieux comprendre l’étendue de leurs prérogatives renforcées et de s’en approprier pleinement avant d’ajouter que la rencontre permettra aux députés d’être suffisamment informés des réformes institutionnelles en cours dans le système de la CEDEAO, en particulier au sein de la Commission de la CEDEAO, et de la manière dont elles affectent directement leur travail

« Pendant que nous nous réunissons aujourd’hui, les gains que nous avons durement acquis en tant que région sont menacés. Les menaces à la démocratie et à l’état de droit, la lutte contre la corruption, la réalisation de la zone de libre-échange africaine, l’éradication de la pauvreté, la promotions ses droits humains et la défense de l’égalité des sexes sont des défis auxquels la région doit faire face », a-t-il souligné.

L’honorable Mémounatou Ibrahima, 3ème – Vice-présidente du parlement communautaire, a cédé la voix à son collègue et compatriote Bolouvi Patrick. Celui-ci a tout d’abord salué la tenue de cette rencontre en terre togolaise et a ensuite rendu un vibrant hommage au Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé pour son leadership remarquable au sein de notre communauté. « C’est avec fierté et honneur que Lomé, la capitale de la République togolaise, accueille en prélude à l’ouverture de la deuxième session extraordinaire de l’année 2022, ce séminaire de haut niveau. Dans ce contexte de crises multiformes, notre pays et notre communauté continuent de déployer tous leurs efforts pour avancer et faire face aux défis de l’heure. Qu’il me soit permis, de saisir cette occasion pour exprimer ma gratitude au président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé et lui rendre un hommage mérité pour son leadership remarquable au sein de notre communauté. La représentation communautaire s’engage à travers ledit séminaire à contribuer à l’amélioration de la gouvernance de nos institutions communautaires. Je reste persuadé que ce moment sera un carrefour d’échanges authentiques et vrais fondés sur le désir et la passion réelle de comprendre, de contribuer et d’améliorer le fonctionnement de nos institutions », a-t-il précisé.

Il a par ailleurs indiqué que la représentation communautaire s’engage à travers ledit séminaire à contribuer à l’amélioration de la gouvernance des institutions de la CEDEAO.

Les travaux portent sur le renforcement des prérogatives du parlement dans le cadre de la restructuration de la Commission de la CEDEAO tel qu’inscrit dans l’acte additionnel de l’institution communautaire et se tient en prélude à la deuxième Session extraordinaire 2022 du Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui s’ouvrira le 03 octobre pour s’achever le 08 octobre 2022, toujours à Lomé. Et à terme, passer de la CEDEAO des États à une CEDEAO des peuples.

Rappelons que le parlement de la CEDEAO est l’Assemblée représentative des peuples de la Communauté et est composé de 115 députés. Il dispose d’un minimum statutaire et garanti de cinq sièges pour chaque État membre, tandis que les quarante sièges restants sont répartis proportionnellement à la population de chaque pays. Le Nigeria dispose de 35 sièges, le Ghana 8, la Côte d’Ivoire 7. Le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal ont 6 sièges chacun. Les autres pays à savoir le Bénin, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée Bissau, le Libéria, la Sierra Leone et le Togo ont 5 sièges chacun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici