Fin des travaux de la 3ème édition du forum de la CEDEAO sur la lutte contre l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest : Lomé déclarée capitale de la Paix, de la médiation, du dialogue et de la tolérance

0
382
Spread the love

La capitale togolaise a abrité la 3e édition du forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix à travers le dialogue intra et interreligieux. Démarré du 27 au 29 octobre 2022, sous le thème : « Communautés, extrémisme violent et cohésion sociale en Afrique de l’Ouest », cette rencontre a été ouverte par le ministre en charge des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale, Prof. Robert Dussey, représentant le chef de l’Etat. A la fin des travaux, les participants ont déclaré Lomé la capitale de la paix, de la médiation, du dialogue et de la tolérance. Ceux-ci demandent aux Etats, aux partenaires et à l’ensemble de la communauté internationale de soutenir les efforts de Lomé dans la préservation, la résolution des conflits et la promotion de la paix sur le continent et en Afrique de l’Ouest.

La troisième édition du Forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix à travers le dialogue intra et inter-religieux a été ouvert depuis le 27 octobre 2022, à Lomé, sous le thème : « Communautés, extrémisme violent et cohésion sociale en Afrique de l’Ouest ». Cette rencontre a regroupé les leaders religieux et communautaires, ainsi que diverses personnalités issues des Etats de la CEDEAO, dont les dirigeants politiques et institutionnels, des ministres en charge des affaire religieuses, des jeunes et représentants des religions, de la société civile, des personnes ressources constitue un cadre de réflexion visant à proposer des actions concrètes pour débarrasser la région des menaces à la paix, notamment l’extrémisme violent.

Il était question de sensibiliser les communautés et la jeunesse sur les meilleures pratiques en matière de dialogue intra et inter religieux, tout en échangeant sur les efforts et les défis liés à la victimisation des communautés, ainsi que sur les initiatives résilientes développées face à l’insécurité et au terrorisme. Ce Forum, propose, également, de mettre en exergue le rôle des communautés en tant qu’acteurs clés dans la prévention de l’extrémisme violent et le renforcement de la cohésion sociale.

A l’ouverture des travaux, au nom du Président de la République, le ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration Régionale et des Togolais de l’Extérieur, Pr. Robert Dussey, a rappelé le contexte sécuritaire de la région, en tant qu’un espace commun du risque et de défis partagés. « Les frontières entre le domestique et le régional se sont tellement amenuisées, aujourd’hui, au point qu’un mal qui touche, durablement, un pays a vocation à se régionaliser. La dissémination de la menace des groupes armés terroristes dans la région en est une illustration violente et nous n’avons le choix que de mettre ensemble nos stratégies pour faire, conjointement, face aux défis que nous imposent les développements pathologiques en cours au sein de la société ouest-africaine. En temps de crise, la solidarité dans l’action est une valeur cardinale », a-t-il fait observer.

Pour le ministre, en instituant ce Forum régional en 2016, la CEDEAO a, sans doute pris la mesure de la difficile question de la coexistence humaine au sein des Etats membres et de l’espace intrarégional. « Pour une coexistence pacifique durable dans la région, il nous faut construire à l’échelle de nos Etats et dans tout l’espace CEDEAO une résilience sociétale qui suppose un effort soutenu de mutuelle compréhension, de tolérance, de dialogue et de dépassement de soi pour réapprendre à vivre-ensemble. Qui veut la paix, éduque à la paix. La paix n’est pas qu’absence de belligérance. Elle est l’œuvre du quotidien, le résultat de l’engagement au quotidien pour dépouiller nos vivre-ensemble des relents bellicistes, du poison de l’intolérance et des affrontements intra et intercommunautaires ».

Selon lui, en faisant « reculer les frontières de l’ignorance, de l’intolérance, des fondamentalismes et des extrémismes religieux, nous pourrons arriver à rétablir le lien originel religion et paix, religion et cohésion sociale ». Selon le ministre Dussey, face à cette énigme, la question se pose de voir comment construire, à partir des communautés, la cohésion sociale dans une région en proie à l’extrémisme violent ?

La cérémonie d’ouverture a connu la participation du représentant de la commissaire en charge du développement humain et des affaires sociales de la commission de la CEDEAO, Barros Bakar Banjai. Elle a également été marquée par la présence participative des représentants des partenaires financiers de ce troisième forum, notamment Plan international-Togo et la GIZ. Barros Bakar Banjai a pour sa part, indiqué que les communautés ont un rôle-clé à jouer pour la cohésion sociale. « Bien sensibilisées, les communautés constitueront des acteurs clés dans le processus de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent et les acteurs de la promotion de la culture de la paix et de la cohésion sociale », a-t-il relevé.

Lomé la capitale de la Paix, de la médiation, du dialogue et de la tolérance

Ouvert jeudi 27 octobre 2022, le 3ème forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix à travers le dialogue intra et inter religieux a pris fin le samedi 29 octobre 2022 à Lomé, en présence de Payadowa Boukpessi, le ministre d’État du Togo, des leaders religieux dont le représentant de cheikh Serigne Babacar Sy Mansour Khalife général des Tidianes du Sénagal ; son excellence monseigneur Edward Tamba Charles, archevêque de Freetown de la Siera Leone ; son altesse Nana Kobina Nketsia V, chef suprême de la région traditionnelle d’Essikado, Ghana et des dirigeants politiques et institutionnels. En clôturant les travaux, le ministre en charge des affaires étrangères, Robert Dussey a insisté sur la nécessité d’être des porteurs de la paix.  Selon lui, les attentes sont énormes. Il n’a pas manqué de rappeler l’objectif qui est de renforcer les mécanismes de dialogue au sein des différentes communautés, de cultiver la compréhension mutuelle, l’esprit de tolérance et la coexistence pacifique entre les religions, à travers l’éducation à la culture de paix. Après avoir insisté sur l’importance de la paix, le ministre Dussey a clôturé les travaux de ce forum.

« Je voudrais insister sur la nécessité pour nous tous d’être des porteurs de la paix. Si nos cœurs ne sont pas en paix, si nos esprits ne sont pas en paix et si nos langues ne proclament pas le message de la paix, nous sommes disqualifiés pour parler de la paix dans nos communautés religieuses, dans nos quartiers, dans notre région et dans notre sous-région. C’est sur ces mots de reconnaissance et d’espoir que nous clôturons partiellement au nom du chef de l’état les travaux de cette 3ème édition du forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix à travers le dialogue intra et inter religieux » a indiqué le ministre Robert Dussey. À la fin des travaux, les participants ont déclaré Lomé, capitale de la paix, de la médiation, du dialogue et de la tolérance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici