Célébration en différé l’édition 2024 de la journée de l’OSRAO : le Togo en lutte pour la sécurité routière

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

Un atelier de réflexion et d’échanges sur la sécurité routière a réuni les acteurs intervenants dans le domaine des transports, le mercredi 5 juin à Lomé, dans le cadre de la célébration de la journée de l’Organisation pour la sécurité routière en Afrique (OSRAO). Cette rencontre a connu la présence du secrétaire général du ministère des Transports routiers, aériens et ferroviaires, Dr Komlan Tindano et du directeur des transports routiers et ferroviaires, Dermane Tadjudini.

Chaque 8 mai, l’Afrique célèbre la journée de l’Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique (OSRAO). Le thème retenu pour cette édition est : « Transport sûr et durable en Afrique de l’Ouest : leçons à retenir pour les agences de sécurité routière ». Elle est à l’actif du ministère des Transports routiers, aériens et ferroviaires pour promouvoir la sécurité routière en Afrique de l’Ouest. Ceci, afin de réfléchir et d’échanger sur le sujet en vue de proposer des solutions relatives à la sûreté et la durabilité du transport routier dans le pays.

L’objectif est de poursuivre les efforts de sensibilisation pour réduire les accidents de la route et sauver des vies humaines. Les acteurs ont discuté des moyens de gestion et de lutte contre l’insécurité routière permettant de répondre aux besoins de déplacement des personnes et des biens, en vue de réduire les incidences actuelles et futures de ces déplacements sur l’environnement, l’économie et la société.

En effet, le sous-secteur du transport routier est l’un des leviers stratégiques de l’économie dans lesquels les enjeux sont majeurs. Cependant, il génère des externalités négatives largement reconnues et dénoncées.  Par conséquent, la sécurité et la durabilité sont devenues une pierre angulaire dans les politiques de transport via la notion de transport sûr et durable. C’est notamment en matière de la sécurité routière que les enjeux de durabilité semblent les plus importants : le taux d’accidents du transport routier est en effet de plus en plus élevé et le déséquilibre des parts modales s’y creuse davantage en défaveur des autres modes. Étant donné l’ampleur des pertes de PIB dues aux accidents de la route, les améliorations à la sécurité routière peuvent aider à atteindre les objectifs de réduction de pauvreté. Les victimes d’accidents impliquent essentiellement les citoyens les plus impliqués économiquement, souvent avec des impacts négatifs sur leurs familles.

Les participants ont débattu sur deux thématiques notamment le « Transport sûr et durable au Togo : enjeux et perspectives ainsi que la technologie moderne au service de la sécurité routière ». Les discussions leur ont permis de prendre connaissance, entre autres, de l’arsenal juridique de la sécurité routière au Togo ; d’analyser les parcs automobiles du pays et les grandes orientations de la stratégie togolaise.

Ces acteurs ont, aussi, porté leur réflexion sur les axes d’évolution du transport durable à savoir sur comment concevoir des infrastructures plus inclusives et adaptées en partageant les voies ; promouvoir l’utilisation des transports en collectifs ; éveiller les mentalités sur des transports propres et « doux » pour les déplacements ; mettre l’accent sur l’accessibilité des personnes handicapées aux transports en commun et privilégier, au détriment de transports polluants et risqués, les transports propres avec plus de sécurité ainsi que comment rechercher la sécurité dans tous les modes de transports.

blank

Le secrétaire général du ministère des Transports routiers, aériens et ferroviaires, Dr Komlan Tindano a évoqué les lois ratifiées par le Togo relatives à la sécurité routière pour réduire les décès et les traumatismes liés au transport. « Le transport sûr et durable est donc un concept essentiel pour créer un avenir plus respectueux de l’environnement. Il s’agit d’un système de transport qui répond aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins », a- t-il indiqué. Dr Tindano a fait savoir qu’en matière de sécurité routière, les enjeux de durabilité semblent les plus importants et que le taux d’accidents est de plus en plus élevé. « Étant donné l’ampleur des pertes de PIB dues aux accidents de la route, les améliorations à la sécurité routière peuvent aider à atteindre les objectifs de réduction de pauvreté. Les victimes d’accidents impliquent essentiellement les citoyens les plus impliqués économiquement, souvent avec des impacts négatifs sur leurs familles », a- t-il ajouté.

blank

Le directeur des transports routiers et ferroviaires, Dermane Tadjudini a rappelé que le transport joue un rôle vital dans le développement socio-économique de chaque pays. Cependant, dit-il, il occasionne des accidents de circulation et agit sur l’environnement. Selon lui, chaque année au Togo, « nous avons environ 600 tués sur la route et plus de 6 000 blessés. Donc c’est vraiment une question de santé publique. Il est question pour nous de voir comment nous allons procéder pour réduire les accidents de la circulation sur nos routes ». « Quand on prend par exemple l’impact sur l’environnement, le transport est le premier pollueur en matière d’émission de gaz à effet de serre et c’est de voir comment nous pouvons nous projeter pour promouvoir des transports propres et verts, le gouvernement a déjà pris beaucoup d’initiatives notamment des mesures fiscales et douanières sur l’importation des véhicules électriques et également des véhicules de moins de 5 ans qui sont moins pollueurs », a poursuivi le directeur.

blankPour rappel, l’OSRAO, a pour vocation de promouvoir la sécurité routière en Afrique de l’Ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00