Indice du développement humain: les facteurs à l’origine des performances réalisées par le Togo expliqués à la presse

by Fana KADOASSO
0 comment
Spread the love

La Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, Sandra Ablamba Johnson, a rencontré les acteurs de médias ce jeudi 04 juillet 2024 à Lomé. Objectif, expliqué les facteurs qui ont permis au Togo d’être à la tête du classement pour l’indice de développement humain(IDH) 2023-2024, publié en mars dernier par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Elle avait à ses côté la ministre de communication et des médias, Mme Yawa Kouigan, les conseillers du président de la république et les secrétaires généraux des ministères.

L’atelier fait suite au lancement de l’édition 2023-2024 du Rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) sur le développement humain le 18 juin passé à Lomé. Le document révèle que l’indice de développement humain du Togo est passé de 0,539 en 2021-2022 à 0,547 en 2023-2024 alors que le revenu national brut par habitant est passé de 2167$ US à 2214$ US pour les mêmes périodes. Le Togo est ainsi classé pour la deuxième année consécutive 1er dans l’espace UEMOA (Union économique et monétaire ouest africain) et 4ème cette année dans la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest).

La rencontre a été une occasion pour la ministre d’échanger avec les hommes des médias sur les facteurs qui ont milité en faveur de ces performances en matière du développement humain ainsi que les facteurs explicatifs des progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de la Feuille de route gouvernementale Togo 2025.

En effet, l’Indice de développement humain (IDH) du Togo est passé de 0,539 en 2021-2022 à 0,547 en 2023-2024. De plus, le revenu national brut par habitant est passé de 2167$ US en 2021-2022 à 2214$ US en 2023-2024.

Avec cette performance, le Togo est classé 1er dans l’espace UEMOA et 4ème dans la CEDEAO après le Cap-Vert, le Ghana et le Nigéria.

Plusieurs facteurs expliquent cette performance louable et qui sont en droite ligne avec la politique du chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé, basée sur l’humain. Les échanges qui ont suivi la projection vidéo ont permis aux journalistes de mieux maitriser les contours des performances du Togo en liens avec les composantes de l’IDH. Il s’agit d’amener les hommes des médias à relayer ces informations au sein de la population à travers leurs productions pour susciter l’adhésion de tout le monde pour permettre au Togo de mieux faire au prochain rapport du PNUD.

Au cours de la rencontre, Dr. Sandra Ablamba Johnson et Yawa Kouigan ont souligné les trois secteurs clés ou les progrès remarquables ont été réalisés. Il s’agit de la santé, l’éducation et le niveau de vie.

blank

Le taux d’accessibilité aux services de santé a augmenté de 71 % en 2020 à 90,7 % en 2023. Le programme Wezou a notamment permis de soutenir plus de 400 640 femmes enceintes. La construction de nouvelles infrastructures médicales, dont un hôpital national de référence et six hôpitaux mère-enfant, ainsi que le renforcement des effectifs médicaux, ont également joué un rôle crucial.

Dans le domaine de l’éducation, plus de 5000 salles de classe ont été construites et 5000 enseignants recrutés. La distribution gratuite de manuels scolaires et les cantines scolaires ont contribué à améliorer le taux d’achèvement scolaire, qui est passé de 88,6 % en 2020 à 88,7 % en 2022.

L’accès à l’eau potable a également progressé, avec un taux de couverture passant de 60 % en 2020 à 69 % en 2023, grâce à la réalisation de plus de 12 500 forages et la construction de 194 bornes fontaines. En termes d’énergie, le taux d’électrification a bondi de 50 % en 2020 à 68 % en 2023, soutenu par des initiatives telles que Cizo et le Fonds Tinga, ainsi que la construction de centrales solaires et thermiques.

Le secteur agricole a vu une augmentation de la production de céréales, passant de 1 350 000 tonnes en 2020 à 1 600 000 tonnes en 2023, grâce à des subventions et des crédits pour améliorer la production. En 2023, 231 Zones d’aménagements agricoles planifiées (ZAAP) ont été développées. De plus, un vaste projet de rénovation des pistes rurales a été entrepris, facilitant les déplacements et les échanges économiques dans les zones rurales, avec 3 000 km de pistes réalisées en 2023.

Pour Sandra Ablamba Johnson, ces résultats sont les fruits du travail d’équipe et du travail bien fait sous les hautes instructions du président de la république, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé. Sa vision et son pragmatisme a permis de sortir un tel résultat qui suscite admiration. Ainsi elle a rendu hommage au chef de l’État pour sa clairvoyance et son leadership qui ont permis au pays d’avoir une performance très remarquable.

blank

Ce bilan positif montre que les politiques publiques mises en place sont efficaces et permettra au Togo de continuer dans cette lancée de réformes pour le bien-être et le développement de tous les togolais.

Les deux ministres ont précisé que toutes ces performances ont pour soubassement le climat de stabilité qui règne au Togo et l’engagement constant du chef de l’État, Faure Gnassingbé, à contribuer par le dialogue à la consolidation de la paix et à la sécurité dans la sous-région, en Afrique et dans le monde.

                                                                                                                     

                                                                                                                                                   Christian Palley

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00