Campagne Agricole 2022-2023 : 76.000 tonnes d’engrais mobilisées pour accompagner les agriculteurs

0
450
Spread the love

Le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et du développement rural était face à la presse le lundi 09 Mai 2022. La conférence qui a été animée par le Directeur de cabinet dudit ministère, M. Konlani Dindiogue et du Directeur Général de la CAGIA, M. Nana Nanfamé a été une occasion pour ces responsables de ce ministère de présenter aux journalistes les résultats de la campagne agricole 2021-2022 et les mesures prises par le gouvernement pour le bon déroulement de celle de 2022-2023. 

Le ministère de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural a présenté lundi à la presse les résultats de la campagne agricole 2021-2022. Les responsables de ce département ministériel ont également dévoilé les mesures prises par le gouvernement pour le bon déroulement de la campagne agricole suivante.

La campagne agricole 2022-2023 a été secouée par des aléas liés à la crise sanitaire de la Covid-19 et aux perturbations climatiques caractérisées par des pluies tardives et des creux pluviométriques très importants sont à l’origine de pertes de récoltes, surtout les céréales qui ont payé le plus lourd tribut. En dépit de ces difficultés, les résultats sont satisfaisants selon le directeur de cabinet du ministre en charge de l’agriculture, Konlani Dindiogue En termes de bilan alimentaire, la campagne agricole 2021-2022 a permis de dégager des excédents bruts de production de 199 682 tonnes pour les céréales (dont 159 104 tonnes de maïs), 751 703 tonnes pour les tubercules, et 139 186 tonnes pour les légumineuses. Par contre, pour le riz, malgré sa progression de 3,56 %, la production reste déficitaire de 88 672 tonnes en riz blanc. Les produits carnés (viandes et abats) ont connu un déficit. En ce qui concerne les produits halieutiques, les taux de couverture sont estimés respectivement à 60 % et 20 %.

Malgré des réserves de produits agricoles disponibles auprès des producteurs en zones rurales, le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture fait savoir qu’il est malheureusement constaté depuis décembre 2021 une hausse des prix des denrées alimentaires de base notamment le maïs, le sorgho et le niébé. Pour relever les défis qui s’imposent à l’agriculture en lien avec les objectifs de la feuille de route 2020-2025, le gouvernement a pris de nouvelles mesures pour la réussite de la campagne agricole 2022-2023.

Il s’agira pour le ministère en charge de l’agriculture de mettre en œuvre trois (3) projets notamment l’amélioration des rendements et de la productivité agricoles, l’accélération du mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques (MIFA), l’agrandissement de l’agropole de Kara en partenariat avec le privé. Il est également annoncé la réforme de la politique foncière agricole. « Au regard des défis rencontrés dans le déroulement de la campagne agricole 2021-2022, des dispositions nécessaires sont prises pour la réussite de la campagne agricole 2022-2023. Elles concernent l’accélération et le renforcement de la mise en œuvre des activités prioritaires du secteur notamment la gestion des intrants, l’aménagement des terres, la promotion de la mécanisation agricole, la maîtrise de l’eau, le développement des filières animales. On note également le financement des activités des producteurs agricoles et la lutte contre la flambée des prix des produits agricoles », a précisé Konlani Dindiogue.

Parlant des intrants, le gouvernement a aussi mobilisé 76 000 tonnes d’engrais qui sont vendus aux producteurs à 18 000F la tonne grâce à une subvention de plus de 40% (13 000F) par l’Etat. Ces engrais sont disponibles dans les magasins de la Centrale d’approvisionnement et de gestion des intrants agricoles (CAGIA) et feront l’objet d’un suivi rigoureux afin de limiter la spéculation constatée au cours de la campagne 2021-2022. La surveillance sera renforcée aux frontières pour éviter le trafic vers les pays frontaliers.

Selon le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, « pour le compte de la campagne agricole 2022-2023, pour éviter les spéculations, que les engrais ont connu l’année passée, le gouvernement a mis en place un mécanisme de gestion sécurisée des engrais. Elle consiste à livrer les engrais prioritairement aux groupes organisés, c’est-à-dire aux coopératives, aux exploitants des ZAAP qui vont faire la situation de leurs exploitants, réunir des sous et des engrais leur seront livrés au niveau de chaque canton ».

Par ailleurs, M. Konlani a fait savoir que « dans les villages, au niveau des producteurs individuels, il est demandé à tous les producteurs de se faire recenser au niveau villageois, sous le contrôle du chef du village, du président du Comité villageois de développement, et du conseiller agricole. Aujourd’hui, tous les cantons disposent d’un conseiller agricole. Lorsque les listes seront validées au niveau villageois, le chef canton est appelé à valider également ces listes de tous les villages relevant de son ressort cantonal. Et après, le directeur préfectoral va s’assurer que ce sont des producteurs qui sont sur la liste. Et le directeur régional, les préfets, les commandants de gendarmerie vont éplucher ces listes pour les valider et donner l’ordre pour que les engrais soient livrés aux producteurs ».  Pour contenir les spéculations et permettre aux producteurs agricoles de disposer des engrais à un prix acceptable, des mécanismes sont mis en place par le gouvernement. Enfin pour le directeur de cabinet a indiqué que la différence cette année est que les livraisons ne se feront pas au niveau des magasins mais au niveau de chaque chef de canton pour éviter les sorties illicites.

Selon le Directeur Général de la CAGIA, M. Nana Nanfamé, « Aujourd’hui, le prix de revient d’un sac d’engrais sans subvention est de 31.000 FCFA. Et lorsqu’on évalue tous les stocks du Togo, la subvention de l’Etat s’élève avec précision à environ 17.680.000.000 FCFA. Et sur chaque sac qui devrait revenir au producteur, l’Etat subventionne à hauteur de 20.000 FCFA pour maintenir le prix de l’engrais à un niveau acceptable », a-t-il précisé avant d’ajouter que « pour lutter contre la spéculation, des comités sont mis en place au niveau régional et préfectoral. Ces comités impliquent tous les acteurs y compris le ministère de l’agriculture. L’objectif est de s’assurer que les efforts qui sont faits par le gouvernement puissent bénéficier aux togolais et la culture agricole togolaise », a expliqué le directeur général de la CAGIA.

Dans le même temps, plus de 3 000 tonnes de semences ont été certifiées et déployées sur le terrain avec le réseau national des producteurs semenciers. Aussi, 80 nouvelles ZAAP sont en cours de réalisation pour une superficie de 8 000 hectares. Les travaux d’aménagement vont se poursuivre affirme le ministère, dans la plaine de Mò pour disposer à terme de 4 500 hectares exploitables dans cette zone à fort potentiel agricole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici