Dapaong : l’association Lan-Do lance officiellement les activités du projet « Campagne d’information, d’éducation et de sensibilisation des populations sur les violences faites aux filles et aux femmes »

0
660
Spread the love

L’association Lan-Do a lancé officiellement le 27 mai 2022, à Dapaong, ville située à 530 km de Lomé (capitale), les activités du projet « Campagne d’information, d’éducation et de sensibilisation des populations sur les violences faites aux filles et aux femmes ».

Initié par l’association LAN-DO avec l’appui financier de Plan International Togo à travers le Fonds Youth Challenge Fund (YCF), ce projet a pour objectif de produire et d’enregistrer un sketch de sensibilisation pour le changement des normes sociales relatives aux mariages d’enfants, aux violences basées sur le genre surtout en ce temps de Covid-19 et favoriser l’accès des femmes au planning familial.

D’un coût global de 2.500.000 F CFA, il s’agit de sensibiliser les communautés sur les effets néfastes des normes sociales favorisant les mariages d’enfants, les violences basées sur le genre en temps de Covid-19. Il sera aussi question de les sensibiliser sur l’importance de la planification familiale et les mesures préventives dans la lutte contre le Covid-19 et la protection de la jeune fille.

Pour ce faire, plusieurs activités, notamment la session de partage et de consultation sur les facteurs culturels, économiques et sociales qui favorisent le mariage d’enfants, les violences faites aux femmes ; la campagne digitale sur la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes. Il est également prévu la création et diffusion de trois sketchs radiophoniques en français et en langue sur la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes et l’accès des femmes au planning familial.

Dans son mot de bienvenue, Kombate Danhane la Directrice a situé le contexte du projet et son importance pour la société, elle est revenue brièvement sur les grandes lignes du projet et les actions à venir. Elle n’a pas manqué de remercier le partenaire pour l’accompagnement. Pour elle, il est nécessaire d’agir sur les normes sociales qui les favorisent à travers l’éducation pour un changement de comportement. Le théâtre par exemple, étant une activité ludique favorisant le divertissement, mais surtout l’information, la sensibilisation, et la remise en cause des systèmes de pensée, l’Association culturelle LAN-DO a choisi ce canal pour pouvoir toucher les communautés afin de provoquer une prise de conscience par rapport aux effets néfastes des normes sociales sur les mariages d’enfants, les violences basées sur le genre et le droit d’accès des femmes à la planification familiale.

« Le mariage précoce, voire forcé des filles, le harcèlement sexuel en milieu scolaire et professionnel, et toutes les autres formes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques sont favorisées par des normes sociales, culturelles et économiques qui leur confèrent une certaine légitimité, consolidée par les communautés qui les adoptent et en font un mode de vie », a-t-elle relevé. Pour mettre fin à cette violence, elle a laissé entendre qu’il faut commencer par accorder foi aux récits des survivantes, adopter des approches globales et inclusives en s’attaquant aux causes profondes, transformer les normes sociales préjudiciables et autonomiser les femmes et les filles. A cet effet, elle a exhorté tous les acteurs de développement de la région à accompagner toutes les organisations qui ont fait de la lutte pour l’épanouissement de la femme un crédo.

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général Esso PIRANIWÈ représentant le préfet de Tône aussi a tenu à remercier tous les acteurs initiateurs du projet et l’ONG plan pour avoir pensé orienter la lutte vers ce fléau. Il a reconnu que malgré les efforts de l’état, ce fléau continue de faire son chemin dans nos sociétés. Il a appelé tous les participants à une convergence d’efforts pour lutter efficacement contre les violences faites aux filles et aux femmes. Il a pour terminer saluer la présence de l’ONG plan pour sa présence aux côtés de différentes initiatives dans la commune. Plus de 70 personnes y ont pris part (les Maires, une délégation de plan international, les services déconcentrés et décentralisé de l’État , les OSC, la chefferie traditionnelle, les religieux, les associations de jeunes, de femme et des personnes handicapées, les acteurs culturels, les artisans, les élèves, etc.)
Des prestations d’artistes ont servi d’intermède à cette cérémonie de lancement officiellement.

Le représentant de Plan International Togo, M. Kanfiti Kamampou a réitéré le soutien et l’engagement de son institution aux côtés de ses partenaires pour lutter efficacement contre le mariage des enfants, la violence faite aux femmes et promouvoir l’équité genre dans la région des Savanes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici