2eme session extraordinaire du parlement de la CEDEAO : l’adoption des prévisions budgétaires de 2023 et l’examen des rapports de toutes les réunions tenues au menu de la rencontre

0
245
Spread the love

Cette semaine, Lomé la capitale togolaise accueille des événements de haut niveau. Après le séminaire du parlement de la CEDEAO ténu le 29 septembre de cette année, la deuxième session extraordinaire du même parlement de la CEDEAO comptant pour l’année 2022, s’est également ouvert ce lundi 03 octobre 2022 à Lomé. Et c’est la présidente de l’Assemblée nationale du Togo, Yawa Dzigbodi Tségan qui a procédé à l’ouverture officielle de cette grande réunion en présence du président du parlement de la CEDEAO, Dr Sidie Mohamed Tunis, des parlementaires, des membres du corps diplomatique, des autorités gouvernementales, ministérielles, administrations et traditionnelles. Au menu de cette rencontre, l’adoption des prévisions budgétaires 2023 du parlement et l’examen des rapports de toutes les réunions tenues précédemment.

Les parlementaires de la CEDEAO se sont une fois encore retrouvés à Lomé ce 03 octobre 2022, une rencontre au cours de laquelle, les députés examineront les rapports antérieurs des réunions délocalisées, y compris le rapport du séminaire parlementaire tenu les 29 et 30 septembre à Lomé et adopteront les prévisions budgétaires 2023 du parlement.  C’est la présidente de l’Assemblée nationale togolaise, Mme Tsègan Yawa Djigbodi a ouvert les travaux de cette 2ème session extraordinaire du parlement de la CEDEAO consacrés à l’étude du projet de budget du parlement communautaire au titre de l’exercice 2023.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du président du parlement de la CEDEAO, Dr Sidie Mohamed Tunis, des parlementaires, des membres du corps diplomatique, des autorités gouvernementales, ministérielles, administrations et traditionnelles.

Pour le président du parlement de la CEDEAO, Dr. Sidie Mohamed Tunis, cet exercice permet au Parlement de la Cedeao de fonctionner et de financer ces activités. « Je tiens à cet égard à attirer votre attention sur l’importance et les enjeux de cet exercice. Le budget annuel permet au Parlement de la CEDEAO de fonctionner et de financer ses activités », a-t-il souligné. Selon lui, les contributions financières des États membres par le biais d’un mécanisme connu sous le nom de prélèvement communautaire, constituent la principale source de ressources de la Communauté. « Ce prélèvement communautaire consiste en un taux de 0,5 % imposé sur les marchandises provenant des États non-membres de la CEDEAO, est donc la principale source de financement de la CEDEAO », a indiqué le président du parlement de la CEDEAO. D’après lui, ce prélèvement est supposé couvrir entre 70 et 90% du budget de la communauté. Malheureusement, déplore-t-il « nous assistons à un faible taux de recouvrement de la taxe communautaire, environ 30% ces dernières années ; ce qui a pour conséquence immédiate la réduction de la capacité de la CEDEAO à mettre en œuvre des projets et programmes, la réduction de la visibilité des institutions auprès des citoyens de la communauté, et le ralentissement du rythme de l’intégration économique ». Il a pour cela, insisté sur la nécessité pour leurs pays de liquider dans les meilleurs délais le produit du prélèvement communautaire, et éviter l’accumulation d’arriérés, afin de permettre à la CEDEAO de mettre en œuvre avec succès son programme d’activités. Dr Tunis a invité également les députés à mettre efficacement à profit les liens qu’ils entretiennent avec les organes exécutifs de leurs gouvernements pour assurer des versements rapides et opportuns du prélèvement communautaire avant de les exhorter à examiner minutieusement les chapitres et rubriques du projet de budget qui leur sera soumis et de s’assurer que les besoins des populations sont pris en compte.

De son côté, la 3e vice-présidente du parlement de la CEDEAO, Ibrahima Mémounatou a souhaité la bienvenue aux participants à cette 2ème session du parlement de la CEDEAO tout en indiquant que cette session est une occasion pour promouvoir la coopération et l’intégration des peuples de la sous-région. La 2e vice-présidente de l’Assemblée nationale togolaise a exprimé sa reconnaissance à l’Institution pour le choix porté sur le Togo pour abriter cet événement.  « Je formule le vœux ardent que cette session budgétaire nous fournisse des moyens financiers plus adéquats pour réaliser le grand renouveau de notre espace passant d’un espace prospère à un espace puissant », a-t-elle lancé.

A l’ouverture des travaux de cette session, la présidente de l’assemblée nationale du Togo, Mme Yawa Djibodi a indiqué que le parlement de la CEDEAO fait honneur à son pays en organisant à Lomé cette session extraordinaire qui est  hautement importante pour la poursuite du processus d’intégration de leur espace sous régional. Dans cet élan, elle a salué le Président de la République togolaise, Faure Gnassingbé pour avoir accepté la tenue de cette session à Lomé et le président du parlement de la CEDEAO, Mohamed Sidie Tunis pour son engagement à maintenir « une dynamique au sein de l’institution communautaire.

« Notre espace communautaire reste confronté à la persistance des défis tels que l’accès aux services de base et l’emploi décent, les enjeux sécuritaires, la faiblesse des systèmes sanitaires et la vulnérabilité des économies », reconnait Mme Tségan qui invite les Etats à s’armer davantage de courage et préconise à ces derniers de « rechercher ensemble les voies et moyens pour ramener la paix partout où elle est menacée » afin de créer les conditions « d’une cohésion sociale propice à la modernisation » de l’ espace CEDEAO.

Mme Tsègan a indiqué que ces assises doivent permettre aux parlementaires de revisiter les outils clés de gestion de l’institution communautaire, de mener des réflexions en vue de réaliser « le grand renouveau de notre espace à travers des solutions innovantes et adaptées à notre environnement ». Selon elle, les actions de l’institution parlementaire communautaire devront contribuer à la réalisation de la « Vision 2050 » de la CEDEAO, celle de faire émerger « une communauté de peuples pleinement intégrée dans une région paisible, prospère avec des institutions fortes et respectueuses des libertés fondamentales, œuvrant pour un développement inclusif et durable ». « En cela, travailler d’arrache-pied à la mutualisation de nos énergies, œuvrer davantage et de manière plus efficace aux préoccupations d’intérêt commun sont la clé de l’avenir et du destin d’une CEDEAO contemporaine », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, pour Yawa Djigbodi Tsegan, présidente de l’Assemblée Nationale du Togo, malgré les efforts déployés par les pays membres, l’espace communautaire reste confronté à la persistance des défis tels que l’accès aux services de base et l’emploi décent, les enjeux sécuritaires, la faiblesse des systèmes sanitaires et la vulnérabilité des économies. « C’est pourquoi de pareilles assises doivent nous conduire à revisiter les outils clés de gestion de notre institution communautaire, à mener de profondes réflexions en vue de réaliser le grand renouveau de notre espace à travers des solutions innovantes et adaptées à notre environnement », a-t-elle souhaité. Elle a souligné également qu’il appartient aux parlementaires aussi de poursuivre avec ardeur et persévérance le rêve d’intégration des pères fondateurs, en vue de consolider la paix et la cohésion sociale propice à la modernisation de l’espace sous régional dans tous les domaines.

Les travaux de cette session se dérouleront sur plusieurs jours pour prendre fin vendredi le 07 octobre prochain. Pour rappel, le parlement de la CEDEAO est composé de 115 députés issus des assemblées nationales des 15 pays membres de l’institution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici